Burkina Faso: Dépôt des candidatures à la présidentielle - Le défilé des prétendants a débuté à la CENI

Après les prétendants aux postes de députés à la législature prochaine, c'est au tour de ceux à la magistrature suprême de procéder au dépôt de leurs dossiers de candidature pour les élections couplées du 22 novembre 2020.

Le lancement officiel de l'opération, présidé par le patron de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Newton Ahmed Barry, a eu lieu le 28 septembre courant à l'annexe de l'institution à Ouagadougou. Immédiatement après, a débuté le défilé des postulants à la présidence du Faso pour leur enregistrement.

Lentement mais sûrement, les choses sont en train de se préciser du côté de la CENI pour ce qui est du scrutin de novembre à venir. Les candidats à l'élection du successeur du locataire de Kosyam ont du 28 septembre au 2 octobre 2020 pour déposer leurs dossiers à la Commission.

Cela se fait chaque jour de 8h 30 à 15h, et ce jusqu'à 23h 59 le dernier jour. Avec ce lancement officiel, on s'achemine donc vers la décantation devant permettre aux électeurs de faire leur choix dans les urnes très prochainement.

Le président de la CENI affirme que les locaux de sa structure, un espace aménagé pour la circonstance, connaîtront pendant cinq jours une ruée pour le dépôt des dossiers des différents candidats à la présidentielle.

Ceux-ci, a-t-il signalé, ont la possibilité de communiquer la date et l'heure auxquelles ils souhaiteraient passer pour effectuer l'opération, histoire de permettre à l'équipe de la CENI de tout mettre en œuvre pour les accueillir avec la déférence qui sied, au regard de la solennité qu'impose le poste convoité.

Après le mot de lancement, on a ensuite procédé à une visite guidée du dispositif mis en place, un remake, puisque déjà effectué un jour auparavant avec les acteurs des médias.

Pour le premier jour, l'agenda prévoyait successivement le dépôt des dossiers d'Issa Sawadogo (candidat indépendant), de Claude Tassembédo (candidat indépendant) et du Pr Abdoulaye Soma (candidat de «Soleil d'avenir»).

Ponctuel comme une horloge suisse, Issa Sawadogo, conseiller d'intendance scolaire et universitaire à Ouahigouya, dans la région du Nord, s'est présenté exactement à 10h devant le comité de réception que préside Newton Ahmed Barry lui-même, pour la vérification, en sa présence, du contenu de sa chemise.

Pour ce qui le concerne, son dossier a été jugé incomplet, le document relatif au versement de la caution de 25 millions de francs CFA et celui du parrainage étant manquants.

Mais pour ce premier candidat à se jeter à l'eau, ce dossier n'est point incomplet, puisque, argue-t-il, l'article n°1 de la Constitution du Burkina, qui est supérieure au Code électoral stipule que «tous les Burkinabè naissent libres et égaux en droits.

Tous ont une égale vocation à jouir de tous les droits et de toutes les libertés garantis par la présente Constitution» et lui donne la possibilité de déposer ledit dossier sans les pièces qu'il n'a pas réussi à fournir pour le moment. Si son dossier venait à être rejeté, avoue-t-il, il se réserverait un droit de poursuite.

Pour le candidat Sawadogo, c'est bien regrettable de constater que seulement 10% de Burkinabè dictent leur loi aux autres 90% qui n'ont pas du tout voix au chapitre. Il est bien temps que cela change, et c'est ce qu'il veut entreprendre en affichant ses ambitions.

Il entend faire comprendre cela au reste de ses compatriotes laissés-pour-compte qui, selon lui, doivent tous se lever contre la dictature de ceux capables de justifier allègrement de la possession de 25 briques pour leur candidature et d'au moins le milliard pour battre campagne.

Lui, Issa Sawadogo, se refuse à être complice d'un silence coupable et s'engage à mettre les pendules à l'heure. A son avis, il y a trop de désordre dans le Burkina actuel et la jeunesse n'a pas d'avenir. « Il faut mettre fin à tout cela », a-t-il conclu.

Le candidat suivant, Claude Tassembédo, indépendant lui aussi, a été reçu par le comité pour la même procédure. Le champion de «Soleil d'avenir», le Pr Abdoulaye Soma, dernier candidat de la journée, lui, a rejoint la CENI en début d'après-midi.

Il est à noter que les dossiers sont reçus contre un récépissé mais, précise le président de la Commission, ils ne sont pas tout de suite validés. Une autre équipe dûment mandatée se chargera ultérieurement de ce travail.

Pour le programme d'aujourd'hui, entre autres candidats, sera reçu en principe devant le comité de réception de dossiers, Roch Marc Christian Kaboré, candidat à sa propre succession.

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.