Libye: L'introuvable successeur de Salamé au poste d'envoyé spécial de l'ONU

Depuis sept mois, la Libye attend toujours la nomination par les Nations unies d'un nouvel envoyé spécial pour succéder à Ghassan Salamé et à l'intérimaire qui repris le poste Stéphanie Williams. Ce pays, déchiré entre deux pouvoirs, et qui vit dans le chaos depuis 2011, traverse une période délicate après l'annonce d'un cessez-le-feu le mois dernier qui a besoin d'être consolidé...

Fin septembre, l'Américaine Stéphanie Williams, envoyée spéciale par intérim, doit quitter ses fonctions. Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres multiplie ses efforts pour lui trouver un successeur, mais les difficultés persistent.

Cette fois-ci, c'est au tour des pays africains présents au Conseil de sécurité de bloquer la nomination. La candidature approuvée par les Américains ne leurs convient pas. Selon un diplomate, ils réclament un Africain pour occuper ce poste d'envoyé spécial onusien en Libye. Or Washington a déjà fait obstruction à deux reprises à une candidature africaine.

Antonio Guterres avait, dès le mois de mars dernier, proposé le nom de l'ancien ministre des Affaires étrangères algérien Ramtane Lamamra. Sa candidature avait fait consensus, mais Washington s'y est opposé et a fait blocage et l'intéressé a lui-même jeté l'éponge.

Au mois de juin, c'est envers la candidature de Hanna Tetteh l'ancienne ministre ghanéenne des Affaires étrangères que Washington a encore été accusé de faire obstruction. Le nom de Teteh avait pourtant fait consensus au Conseil de sécurité.

Aujourd'hui, ce sont des pays africains qui s'opposeraient à la candidature soutenu par les États-Unis pour occuper ce poste. Il s'agit du Bulgare Nicolaï Mladenov, 48 ans. Ce dernier exerce depuis février 2015 les fonctions de coordinateur spécial de l'ONU pour le processus de paix au Moyen-Orient.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.