Sénégal: Développement de la chaîne de valeur sel dans les régions de Fatick, Kaolack et Kaffrine - La Der, Patisen et les producteurs se donnent la main

C'est du Fast track. Après la visite de terrain que le Délégué général Papa Amadou Sarr et son équipe avaient organisé au mois de juillet dernier dans le bassin arachidier, la Délégation générale à l'entreprenariat rapide des femmes et des jeunes (Der/Fj), le groupe Patisen et des coopératives de la chaine de valeur sel des régions de Fatick, Kaolack et Kaffrine sont passés à la vitesse supérieure. Ils ont signé ce matin dans les locaux de Patisen une convention de partenariat.

Elle vise à améliorer la qualité du sel produit, d'augmenter sa production et de booster sa commercialisation.

« Ce partenariat illustre la volonté de la Der/Fj d'accompagner la structuration de la filière sel au Sénégal et d'aider à réduire les importations de sel de table au vu du fort potentiel de production nationale », a expliqué d'emblée le délégué général à l'entreprenariat rapide des femmes et des jeunes.

Papa Amadou Sarr a indiqué dans la foulée que cette signature de convention constitue une étape cruciale pour la mise en place d'un mécanisme de commercialisation à Patisen de la production de la coopérative des acteurs du sel de la région de Fatick, réalisée dans le cadre de l'appui technique et financier accordé par la Der/Fj à ladite coopérative.

A l'en croire, l'accord est défini autour de trois axes de collaboration que sont le financement et l'accompagnement technique par la Der/Fj des producteurs de sel identifiés dans la région de Fatick, la production et livraison par les producteurs d'un sel iodé à laver de qualité respectant les normes de Patisen et enfin l'achat par Patisen de 2000 tonnes de sel par mois produites par les acteurs du sel de la région de Fatick.

Pour sa part, le président directeur général de Patisen s'est dit heureux de voir dans ce pays (le Sénégal) que l'on pense à valoriser les ressources locales.

Pour Youssef OMAIS, Patisen est un grand consommateur de sel qui en importait, pas très longtemps, des tonnages énormes et aujourd'hui, a-t-il confié, on ne demande pas mieux que d'avoir cet ingrédient localement et de le valoriser.

Dans le bouillon, le sel représente un intrant considérable qui se doit d'être de qualité, soutient le Pdg de Patisen qui dit détenir une cellule qualité qui, si un intrant entre et qui n'est pas de bonne qualité, quel que soit le produit, importé ou pas, elle le signale.

« De grâce, faites-nous du sel de qualité », lance M. OMAIS à l'endroit des producteurs, parce que, explique-t-il, « nous avons des contrats avec de grands groupes établis au Nigéria et ailleurs et l'on nous exige la qualité ».

Par ailleurs, les producteurs de sel, par l'entremise de M. Kane Ndiaye qui s'est prononcé à leur nom, se sont engagés à livrer les productions de qualités.

« Nous allons vous soutenir, vous satisfaire en produisant du sel qualité », s'est engagé le porte-parole des coopératives concernées par la convention de partenariat. « Cela, nous vous le promettons », assène M. Ndiaye.

Plus de: Lejecos.com

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.