Madagascar: Impacts psychologiques du Confinement - Des maris agressifs ou dépressifs, des épouses violentées

Une enquête lancée par l'UNFPA du 27 avril au 27 mai 2020 révèle que sur les 176 femmes enquêtées, la moitié affirme ne pas se sentir en sécurité chez elles.

Agressivité, signes de dépression et de conflit, consommation excessive de tabac, agression sexuelle, des changements de comportement de pères de familles ou de maris révélés par 63% des 176 femmes ayant fait l'objet de l'enquête portant sur la perception des femmes, des impacts de la Covid-19 et les violences basées sur le genre à Madagascar. Réparties dans les régions Analamanga et Atsimo-Andrefana, ces femmes ont révélé que « ce sont surtout les pères de famille et les maris qui ont montré plus de changement de comportement durant la période de confinement ».

Changement de comportement fortement accentué par la consommation excessive de tabac et d'alcool si l'on s'en tient au rapport d'enquête publié par l'UNFPA. Les hommes se seraient défoulés sur les membres de leurs familles tout en présentant des gestes d'agressivité. Le rapport d'enquête d'interpeller sur la recrudescence des violences perpétrées à l'encontre des femmes en cette période de la pandémie de Covid-19. Situation qui aurait comme origine le « stress social, les tensions générées par la séquestration continue au foyer ou encore la souffrance d'une anxieuse insécurité professionnelle ».

Famille. Le changement de comportement, ou plutôt les impacts psychologiques du confinement ont également atteint les jeunes et moins jeunes si l'on s'en tient aux résultats de l'enquête initiée par l'UNFPA. Des femmes enquêtées auraient observé des « émotions agressives, signes de dépressions ou la montée des tensions/conflits » chez les enfants. Etat psychologique causé par la fermeture des établissements scolaires ou encore par l'isolement et la réduction d'espaces de vie. Par ailleurs, la lutte contre les violences perpétrées envers les femmes aurait été rendue difficile par la situation de crise liée à la Covid-19.

En effet, la fermeture des centres de prise en charge des violences basées sur le genre aurait eu des impacts néfastes sur l'accès aux informations et aux services relatifs à la lutte en question. Si les changements de comportement ont surtout affecté les hommes, les femmes n'en restaient pas moins impactées par la situation de confinement. Hausse de la charge de travail et des charges mentales, agression de la part des hommes, sensation d'insécurité aussi bien professionnel que physique, de nombreuses femmes se sont vues changées par la Covid-19.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.