Congo-Kinshasa: La demande de l'accroissement de la Puissance de Feu de la FSI de la MONUSCO suscite polémique

Voilà un sujet qui revient à chaque point de presse hebdomadaire de la Monusco. "Pourquoi la Monusco avec la puissance de feu qu'elle a et le budget qu'on lui connait, ne parvient pas à prévenir les exactions des groupes armés dans l'Est du pays ?"

La réponse donnée par la Monusco ne varie pas non plus. Elle est la même depuis. "La défense du territoire nationale incombe d'abord au gouvernement de la République et aux Forces Armées nationales".

La demande du Président de la République à l'Assemblée Générale de l'ONU d'accroître la Puissance de feu de la Force Spéciale d'Intervention est venue jeter de l'huile au feu pour raviver cette polémique entre la Presse et la Monusco. Le porte-parole de la Monusco n'a pas mâché ses mots la semaine passée. La Monusco est en phase du désengagement. Malgré cela, elle fait tout ce qu'elle peut pour accompagner les FARDC du mieux de leurs possibilités. Elle organise des patrouilles conjointes et elle apporte son appui logistique sans faille aux FARDC.

Alors, la demande du Président risque, au regard du désengagement annoncé, de ne pas trouver un écho favorable chez les partenaires de la Communauté internationale.

Pour la Communauté Internationale, le conflit de l'Est n'a que trop duré. Il importe que les nationaux tirent des leçons de plusieurs années passées à se battre avec les mêmes adversaires. Si les Milices en ont tiré, les FARDC le doivent aussi. Cela doit se traduire par l'accroissement notamment de la puissance de feu et de la stratégie et de la tactique. C'est-ce qui ressort des paroles combien diplomatiques dont les porte-paroles de la Monusco rabâchent devant les hommes de presse depuis des années.

Les récents changements dans la hiérarchie des FARDC et les mutations des officiers supérieurs sont de nature à répondre à ce questionnement systématique qui requiert une révision des stratégies utilisées et le changement qui doit se traduire par la réduction des violences sur terrain.

Une chose est certaine, cette puissance de feu apporterait des améliorations plus rapidement et la force spéciale d'intervention dont le mandat est différent de celui des forces moins mobiles et plus défensives de la Monusco seront les bienvenues pour les FARDC qui ne pourront que s'améliorer au vu de la détermination de la hiérarchie.

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.