Cameroun: Infirmeries - Rien ne sera plus comme avant

Dans la plupart des établissements, des kits de prévention du Covid-19 vont être ajoutés aux matériels de premiers soins existant.

Ça bouge sur tous les plans dans les établissements scolaires en cette veille de rentrée. Tenez ! Au Collège catholique bilingue St Benoît ce vendredi 25 septembre, les listes des manuels scolaires sont distribuées aux parents de Yaoundé. Des équipes de techniciens rafraîchissent la peinture par-là. Bien que les deux infirmeries du collège soient encore fermées, le corps administratif travaille à ce qu'elles possèdent du matériel de prévention du coronavirus.

D'après le principal, le Père. Jacques Katchire Konan, l'établissement fonctionne au rythme de la pandémie depuis le mois de juin. Deux thermoflashs ont été achetés à cette date pour les élèves des classes d'examen. Maintenant que tous les apprenants vont reprendre les classes, il en faudra d'autres. « Avec deux thermoflashs ce sera très difficile. L'année dernière nous avions un peu plus de 5000 élèves. Si deux personnes doivent prendre la température de 1000 apprenants, cela risque de prendre beaucoup de temps. Un temps que nous n'avons pas en cette période où nous allons entamer le système de mi-temps », explique le principal.

Toujours selon lui d'ailleurs, un budget a été alloué à la prévention du coronavirus. Le Père. Jacques Katchire Konan et son staff attachent du prix à la santé de tous les élèves. Dans les deux infirmeries aménagées pour leur prise en charge, des kits sanitaires de lutte contre le Covid-19 seront ajoutés au matériel de premiers soins. Ceci avant le 5 octobre. Des points de lavage des mains, avec la mention « Lavons-nos mains ici », sont disposés à l'entrée du collège et à divers autres lieux de l'établissement.

Au Bilingual Nursery and Primary School de Nkolfoulou 1, les promoteurs sont aussi mobilisés. Un forage a été construit, avec cinq points de lavage des mains disposés dans l'établissement. « Pour notre infirmerie, nous allons acheter une dizaine de thermoflashs. Nous aurons également des masques au cas où des enfants venaient à oublier les leurs. En cas de forte température, nous allons d'abord appeler le parent. S'il nous donne l'autorisation, nous lui administrons un médicament. Dans le cas contraire, nous l'attendons. Nous avons également deux lits dans notre infirmerie pour la prise en charge des enfants, en attendant le départ pour l'hôpital », explique la dame.

D'un établissement à l'autre, beaucoup mettent un point d'honneur à renforcer l'équipement de leur infirmerie. Si certains y ont déjà ajouté des masques, gels hydro-alcooliques et thermoflashs, les autres y travaillent, en espérant un éventuel appui du ministère de la Santé publique. Avec cette crise sanitaire en effet, aucun aspect ne saurait être négligé. Les points de lavage des mains sont appelés à être multipliés, les messages de sensibilisation affichés à divers endroits et les infirmeries adaptées aux exigences du Covid-19.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.