Cameroun: Zoonose - La rage à vaincre

Une campagne de vaccination lancée hier à Douala vise à immuniser 2.000 chiens en deux semaines.

Entre jappements suraigus et grognements sourds, les locaux de la délégation régionale du ministère de l'Elevage, des Pêches et des Industries animales (Minepia) pour le Littoral, sise à Mboppi, ont retenti d'aboiements incessants ce lundi 28 septembre 2020. Raison de cette forte présence canine, le lancement en ces lieux d'une campagne de vaccination contre la rage. Opération prévue sur deux semaines, et dont l'ouverture était adossée à la Journée mondiale de lutte contre cette maladie, rendue hier à sa 14e édition. Thème retenu pour 2020 : « Finissons-en avec la rage. Collaborons et vaccinons ». L'objectif de l'Oms, tout comme du gouvernement camerounais, est d'éradiquer ce fléau d'ici l'année 2030.

Fléau, le mot n'est pas exagéré. La rage, selon le délégué régional du Minepia pour le Littoral, Dr Seini Boukar, qui a lancé la campagne en vaccinant un bouledogue, c'est près de 51.000 personnes décédées par an dans le monde, majoritairement en Afrique et en Asie. 90% de ces morts faisant suite à des morsures d'animaux atteints. Des décès évitables, d'après le régional Minepia : « On peut éliminer la rage à 100% en vaccinant les animaux », indiquera-t-il à la presse. La campagne entamée hier vise à protéger environ 2000 chiens, déclare la délégation du Minepia, dont des équipes se déploieront aussi dans divers quartiers de Douala, pour le même objectif.

Hier en matinée, entre bergers malinois ou allemands, bouledogues et chiens de races mixtes, canidés au pelage varié, de nombreux cabots ont donc reçu la précieuse protection. « Protection non seulement pour les animaux, mais aussi pour leurs propriétaires et le voisinage. Si une personne attrape la rage, on ne peut plus rien faire, c'est la mort qui s'ensuit », va relever le régional du Minepia. Les chiens, comme ceux vaccinés hier - gratuitement -, ne sont pas les seules bêtes capables d'attraper la maladie et de la transmettre à l'Homme. Chats, singes et autres animaux sauvages (cas induits ici par le virus de la rage sauvage) sont autant de victimes potentielles. Et de vecteurs mortels.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.