Maroc: Le taux de croissance pourrait atteindre 4,8% en 2021

29 Septembre 2020

Le ministre de l'Economie, des Finances et de la Réforme de l'administration, Mohamed Benchaâboun, s'est exprimé lundi 28 septembre à Rabat, devant la Commission des finances et du développement économique à la Chambre des représentants.

Comme l'avait annoncé la Chambre des représentants sur son site web, l'audition de l'argentier du Royaume a porté sur «l'état d'avancement de l'exécution des six premiers mois du budget 2020 ainsi que le cadre général de préparation du projet de loi de Finances au titre de l'année budgétaire 2021». Lors de son exposé, Mohamed Benchaâboun a indiqué que l'économie marocaine devrait afficher une croissance de 4,8% en 2021 et se situer à 4,2% en 2022, avant d'atteindre 4,6% en 2023. «Compte tenu du scénario du Fonds monétaire international (FMI) concernant la reprise de l'économie mondiale (+5,2%), en particulier dans la zone euro (5,3%), la croissance économique nationale devrait s'établir à 4,8%», a expliqué le ministre cité par la MAP.

Mais en dépit de ces prévisions de croissance bien meilleures que celles de cette année, l'économie nationale devrait cependant rester fragile dans la mesure où l'amélioration attendue de la croissance ne pourrait pas compenser complètement la contraction économique de l'année en cours (-5,8%), rapporte l'agence. En cause : le report de la reprise de certains secteurs, comme le tourisme et les activités connexes, ainsi que la détérioration du marché du travail et des investissements des sociétés, a fait savoir le ministre.

Dans son intervention, Mohamed Benchaâboun a aussi annoncé l'accroissement de 11% de la valeur ajoutée agricole. Il a toutefois précisé que cette évolution reste sujette à une récolte céréalière de 70 millions de quintaux (qx) et tient compte des projections du ministère de l'Agriculture qui font état d'une hausse de la production des agrumes (29%) et celle d'olives (14%), relève la même source. Lors de son passage devant la Commission des finances et du développement économique à la Chambre des représentants, le ministre a également saisi l'occasion pour appeler à la nécessité de mettre en place une politique basée sur l'appui de la relance économique via l'investissement public, le renforcement de l'emploi, le soutien du financement, ainsi que sur l'élaboration de stratégies sectorielles dédiées aux secteurs les plus touchés à travers «le pacte pour la relance économique et l'emploi», selon la MAP.

Faisant le point sur l'exécution du budget au titre de l'exercice 2020, le ministre a indiqué que celle-ci a dégagé, à fin août dernier, une baisse des recettes de 13,8 milliards de dirhams, soit 8,8% par rapport à la même période un an auparavant. Soulignons à ce propos qu'au terme des huit premiers mois de l'année en cours, les recettes fiscales, l'impôt sur le revenu (IR), la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) et la taxe à la consommation ont baissé respectivement de 11,5 MMDH (8,3%), 1,9 MMDH, 3,7 MMDH et de 2,5 MMDH. De leur côté, les droits d'enregistrement et timbres et les recettes non fiscales ont reculé de 2,4 MMDH et de près de 2,3 MMDH. Alors que les dépenses ont augmenté de 9 MMDH (5,8%), tandis que les frais d'émission ont régressé à environ 40 MMDH, notant que le taux d'achèvement a atteint 56,4%.

Ainsi que l'a relevé Mohamed Benchaâboun, le déficit budgétaire s'est aggravé de 15,8 MMDH et ressortirait à 55,5 MMDH (+25%) hors fonds spécial pour la gestion de la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19). Signalons par ailleurs la baisse des valeurs ajoutées du tourisme, du transport et du commerce qui ont reculé respectivement de 50%, 12% et 9,1%, impactant négativement le produit intérieur brut (PIB) ; et la hausse des crédits bancaires de 29 MMDH durant les sept premiers mois de 2020 ainsi qu'une diminution du taux d'intérêt à 4,58% en moyenne. Alors que l'inflation devrait atteindre 0,6% au terme de cette année et le chômage franchirait les 13% à fin décembre contre 12,3% actuellement.

Si l'on en croit le ministre, la situation devrait s'aggraver du fait de la pandémie qui ferait perdre 10.000 emplois par jour. Concernant les défis de la loi de Finances de l'année 2021, le ministre a indiqué que les priorités relatives à son élaboration nécessiteront des dépenses supplémentaires de l'ordre de 33 milliards de dirhams (MMDH). Il s'agit notamment de l'opérationnalisation des Hautes Orientations Royales (14,6 MMDH), de la mise en priorité des secteurs de la santé et de l'éducation (5 MMDH) et de la gestion des dépenses incompressibles (13,6 MMDH), selon la MAP.

A La Une: Maroc

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.