Congo-Kinshasa: EPST. - La Lizadeel et le Syeco accusent Bakonga de torpiller la gratuité

30 Septembre 2020

A la veille de la rentrée scolaire 2020-2021, les déclarations contre les velléités de retour au système de la prise en charge des enseignants par les parents d'élèves ne cessent de se multiplier. La dernière en date est intervenue hier mardi 29 septembre 2020 au siège de la LIZADEEL (Ligue de la Zone Afrique pour la Défense des Droits des Enfants et Elèves), dans la commune de Lingwala.

A cette occasion, la LIZADEEL et le SYECO (Syndicat des Enseignants du Congo), qui revendiquent, l'une et l'autre, une longue expérience de 23 à 30 ans dans le combat pour la gratuité de l'enseignement fondamental, ont résolu de travailler en synergie pour bloquer toute tentative d'exhumation de la vilaine pratique de la prise en charge des enseignants par les parents de leurs élèves.

La déclaration rendue publique devant la presse était signée conjointement par Joseph Godé Kayembe et Cécile Tshiyombo, respectivement Président du Conseil d'administration de la Lizadeel et Secrétaire Générale du Syeco. En sus, les deux syndicats membres de la Coalition Nationale de l'Education pour Tous (CONEPT) ont réitéré leur exigence de voir les portefeuilles de l'EPST (Enseignement Primaire, Secondaire et Technique) et de l'ESU (Enseignement Supérieur et Universitaire) être animés par des ministres technocrates, à tirer du chapeau de la Société civile et non des partis politiques, la publication par le SECOPE (Service de Contrôle de la Paie des Enseignants) de la cartographie des écoles et bureaux gestionnaires par province, territoire et secteur, afin de permettre au ministère de l'Intérieur de certifier l'existence du personnel et des bureaux gestionnaires bénéficiaires des salaires et frais de fonctionnement. Il est enfin recommandé le retrait de tous les arrêtés du ministre de l'EPST créant de nouvelles provinces éducationnelles.

Après une analyse approfondie de la situation dans le secteur de l'éducation, les deux organisations membres de la « CONEPT» ont constaté que la politique de la gratuité de l'enseignement fondamental, lancée il y a une année par le Chef de l'Etat, Félix Antoine Tshisekedi, est en train d'être torpillée dans sa mise en œuvre par le ministre de l'Enseignement, Primaire, Secondaire et Technique (EPST), Willy Bakonga. Cela est observé, selon Cécile Tshiyombo, à travers certaines actions visibles qui n'encouragent ni les enseignants à jouer pleinement leur rôle de formateurs, ni les parents à croire à la gratuité décidée par le gouvernement.

Pour la Lizadeel et le Syeco, ces actions sont de nature à compromettre la rentrée scolaire 2020-2021 et l'ensemble de la politique de la gratuité de l'enseignement fondamental.

Dans la foulée, ils ont dénoncé la création de 10 nouvelles provinces éducationnelles et 10 nouveaux bureaux du SECOPE, 126 nouvelles sous-divisions ; 146 nouveaux bureaux de SERNIE (Service National d'Identification des Elèves), l'augmentation du nombre de nouvelles unités qui sont passées de 34.000 à 397.000, l'alignement des écoles privées au budget de l'Etat sans l'établissement préalable d'une convention entre l'Etat et les privés, l'affectation des salaires destinés aux nouvelles unités aux supra structures ainsi créées et aux personnels y engagés ; la non-affectation des frais de fonctionnement aux écoles publiques et conventionnées, de manière à permettre aux chefs d'établissements de préparer une rentrée scolaire apaisée, etc.

«Ceci a pour conséquence de mettre le gouvernement dans l'impossibilité de concrétiser la gratuité et de mettre en œuvre un ambitieux programme d'intégration socio-scolaire des millions d'enfants issus des familles vulnérables », a martelé la Secrétaire Générale du Syeco. Jean-René Ekofo

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.