Sénégal: Chargé d'écouler des marchandises - A. Lô dit être le propriétaire du conteneur

29 Septembre 2020

Après avoir écoulé un conteneur de portes, malles et capots de véhicules estimés à 14 millions de FCfa, en une matinée, A.Lô a refusé de verser à T.Sarr son argent, soutenant que la marchandise lui appartenait. Attrait devant la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar pour abus de confiance, il sera fixé sur son sort le 5 octobre prochain.

Alors qu'il devait écouler un lot de portes, capots et malles de véhicules, récupérer sa marge bénéficiaire et verser 10.400.000 FCfa à T.Sarr, A.Lô, après avoir vendu les marchandises en une matinée, a nié les avoir reçues de T.Sarr.

Il a soutenu que c'est leur fournisseur commun, F.Lô, établi en France, qui lui a envoyé le conteneur même s'il n'a pu exhiber une quelconque preuve de propriété. Attrait devant la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar, le 28 septembre 2020, pour abus de confiance, il a persisté dans ses dénégations.

Le plaignant T.Sarr a expliqué à son tour qu'il devait 4.100.000 FCfa à Lô. Ce dernier lui a dit qu'il préfère être payé en marchandises. Lorsque le conteneur est arrivé en novembre 2019, ils ont fait les comptes et il a évalué la marchandise à 14.500.000 FCfa.

Le prévenu a enlevé ses 4.100.000 FCfa et lui a fait un chèque de 10.400.000 de FCfa. Du jour au lendemain, A. Lô a déclaré qu'il ne lui doit pas un rond et a soutenu mordicus être le propriétaire du conteneur.

Témoin, F.Barro, a déclaré qu'A. Lô a envoyé diverses sommes d'argent dont 4,1 et 5 millions de FCfa à un certain I. Lô pour son fournisseur F. Lô. À l'en croire, le conteneur appartient à A. Lô.

Le prévenu s'est dit victime d'un complot entre T. Sarr et F. Lô qui est son fournisseur. Pourtant, à l'enquête, il avait reconnu avoir reçu la marchandise de T.Sarr. Me Moustapha Dieng, avocat de la partie civile a réclamé 15.000.000 de FCfa.

Le procureur a fait remarquer qu'A. Lô avait soutenu qu'il refuse de verser de l'argent à la partie civile parce que F. Lô et T.Sarr sont de mèche et que le conteneur, envoyé par F.Lô, lui était destiné.

Un argument qui semble tiré par les cheveux, d'autant que, joint au téléphone par les enquêteurs, F. Lô a dit que le plaignant est le propriétaire du conteneur. Le parquet a requis trois mois ferme.

Me Seyni Dione, conseil de la défense, a noté qu'il ne revient pas à son client d'apporter la preuve du fait pénal. C'est à la partie adverse de le faire. Le plaignant non plus n'a aucune preuve que le conteneur lui appartient. L'avocat a estimé qu'A. Lô doit être renvoyé des fins de la poursuite sans peine ni dépens.

Le verdict est fixé au 5 octobre prochain.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.