Madagascar: Opposition - Une tentative de meeting prévue à Anosy

Un rassemblement est prévu se tenir à Anosy, ce samedi. Des politiciens comptent exiger l'équilibre régional au sein de l'appareil étatique à travers une manifestation.

Les partis de l'opposition ouvrent d'autres débats, mis à par t les sujets déjà évoqués autour des sénatoriales qu'ils contestent. Bien que la réunion de plus de deux cents personnes soit toujours interdite sur le territoire national à cause de la pandémie du coronavirus, une manifestation a été annoncée par le président du parti Tamami, Floriot Samihary. Le meeting sera organisé à Anosy devant le ministère de la Communication et de la culture, selon la demande d'autorisation déposée à la Préfecture de Police de la ville d'Antananarivo, mardi.

La pression faite sur la Haute cour constitutionnelle de déclarer l'inconstitutionnalité du décret de convocation du collège électoral est une action commune aux opposants. C'est une démarche par laquelle les partis politiques comptent impacter le déclenchement du processus électoral. Mais les points de vue sont divisés quant aux actions à mener pour séduire les partisans. Le collectif des opposants issus des six provinces, comme l'a indiqué le chef de file de Tamami, envisage de renforcer le mouvement par une manifestation de rue. L'objectif est de revendiquer l'équilibre régional au sein de l'appareil de l'État et les institutions.

Rejet

L'équilibre régional, un sujet qui mérite d'être discuté l'esprit ouvert, est parfois utilisé comme une arme afin de soulever un point de discorde avec les dirigeants au pouvoir.

Ainsi, la question se pose de savoir si le Tamami qui a essayé de décrocher le statut de l'opposition au ministère de l'Intérieur et de la décentralisation, aurait la capacité de rassembler la foule ce samedi. Les autres acteurs de l'opposition rejettent déjà l'idée d'organiser un meeting de rue. Le choix n'a pas été approuvé notamment par le groupe de Bel Air. Le « Rodoben'ny mpanohitra ho amin'ny demokrasia eto Madagasikara » (RMDM) a expliqué qu'il n'a rien à voir avec ce rassemblement. Le groupe de Panorama n'aurait pas également réagi à cette initiative, dont les conséquences menacent d'enfreindre la stratégie déjà entamée auprès de la Haute cour constitutionnelle.

La Préfecture de Police de la ville d'Antananarivo n'aurait pas encore délivré l'autorisation de manifester, ce samedi, même si le chef de file des contestataires des élections des six provinces, Floriot Samihary, a parlé d'une « manifestation pacifique » lors d'une interview télévisée. Des partis politiques ont déclaré qu'ils ne sont pas partants pour briguer les sièges au nouveau Sénat. Ils confirment leur position de s'abstenir à la course sans pour autant partager l'idée de trouver la solution dans la rue.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.