Sénégal: Appui aux écoles privées - Le Chef de l'Etat décaisse une enveloppe supplémentaire de deux milliards de FCfa

30 Septembre 2020

Le ministre de l'Education nationale a procédé, hier, à la remise d'une subvention supplémentaire de deux milliards de FCfa aux écoles privées du Sénégal impactées par la Covid-19. Ce qui porte l'enveloppe financière totale à trois milliards de FCfa pour ce sous-secteur, après une première dotation d'un milliard de FCfa.

Le Chef de l'Etat a octroyé, encore, aux écoles privées impactées par la Covid-19, un montant de deux milliards de FCfa. Celui-ci vient renforcer la subvention initiale d'un milliard de FCfa. Ce qui fait un total de trois milliards de FCfa pour ce sous-secteur.

La cérémonie de remise des chèques s'est déroulée, hier, aux sphères ministérielles de Diamniadio, sous la présidence du ministre de l'Education nationale, Mamadou Talla. Les chèques ont été remis aux déclarants responsables d'établissements d'enseignement privé.

Cette enveloppe financière sera répartie entre 2.418 écoles privées et la part par école varie entre 674 000 FCfa et 8 millions de FCfa.

Ce soutien du Président de la République, Macky Sall, s'inscrit dans le cadre du programme gouvernemental de résilience économique et sociale à la pandémie de la Covid-19.

Selon le ministre de l'Education nationale, à travers cette décision, l'Etat cherche à soulager les parents d'élèves et les propriétaires des écoles privées. Mamadou Talla estime que l'Etat a beaucoup fait, car pour cette année, la subvention annuelle allouée aux écoles privées, évaluée à 1,200 milliard de FCfa, a été accélérée pour que les fonds soient disponibles très tôt dans les écoles.

Après avoir reçu leur chèque des mains du ministre, les déclarants responsables d'écoles privées ont magnifié ce geste du Chef de l'Etat qui a volé au secours de l'enseignement privé. «Nous mesurons à sa juste valeur l'appui que le Président de la République a bien voulu nous accorder.

Nous ne pouvons pas dire que c'est rien, mais par rapport aux besoins de nos écoles, nous demandons au Président Macky Sall d'accroître son aide, car cette subvention de trois milliards de FCfa est encore insuffisante, comparée à nos pertes subies et qui sont estimées à 8 milliards de FCfa par mois», plaide le frère Charles Biagui, vice-président de la Fédération de l'éducation et de la formation.

Ne pas confisquer le livret, le bulletin ou les notes d'un élève

Pour Me Massokhna Kane, président de Sos consommateurs, les écoles privées ont subi, certes, un manque à gagner du fait du non-paiement des mensualités des élèves, mais l'Etat a mis la main à la poche pour compenser ces pertes.

Il affirme que cette subvention du Président de la République contribue, en grande partie, à soulager les difficultés des écoles privées impactées par la Covid-19.

C'est pourquoi Me Kane estime que les parents d'élèves ne sont pas obligés de payer les mois de scolarité pendant lesquels les enfants n'ont pas étudié à l'école, contrairement à ce que veulent les propriétaires des établissements d'enseignement privé.

Sur ce point, le ministre de l'Education nationale informe qu'une école privée ne doit pas confisquer le livret, le bulletin ou les notes d'un élève parce qu'il n'a pas payé les deux mois. Selon lui, ces documents sont le bien de l'élève.

Dans le cadre de la mise en œuvre des cinq priorités de son département, il a demandé à ses services de mener une réflexion inclusive et participative sur les textes qui régissent l'organisation et le fonctionnement du sous-secteur de l'enseignement privé au Sénégal, en vue de les adapter aux réalités du contexte. M. Talla a donné rendez-vous à la Fédération des associations des écoles privées les jours à venir. Cette fois ci, renseigne-t-il, il sera question de voir à quoi ont servi les trois milliards de FCfa.

MAMADOU TALLA SUR LES PERFORMANCES AUX EXAMENS

«Toutes les conditions étaient réunies pour obtenir ces bons résultats»

En marge la cérémonie de remise de chèque aux déclarants responsables des écoles privées, le ministre de l'Education nationale a vivement remercié les enseignants, les parents d'élèves et toute la communauté pour les bons résultats obtenus cette année.

«Votre mobilisation et votre engagement ont beaucoup contribué à sauver cette année. La tenue des évaluations nous a permis d'avoir ces résultats satisfaisants», déclare Mamadou Talla. A son avis, les résultats obtenus dans les différents examens scolaires, analysés sous l'angle scientifique, ne surprennent pas les acteurs et les autorités de l'éducation.

D'après lui, deux éléments essentiels expliquent les performances réalisées cette année. D'abord, la continuité pédagogique qui a permis aux élèves de poursuivre les cours à travers un dispositif mis en place. Notamment les cours en ligne, la démultiplication et la mise à disposition des brochures et l'enseignement via les radios, les télévisions et les réseaux sociaux.

Ensuite, il y a la réorganisation pédagogique de la classe qui a permis d'avoir 20 élèves par salle de classe. Ce qui a facilité le suivi et l'encadrement des élèves des classes d'examen.

Autant d'initiatives et de stratégies qui lui font dire que «toutes les conditions étaient réunies, cette année, pour que les résultats soient meilleurs que ceux des années précédentes».

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.