Cameroun: Manifestations du 22 septembre 2020 - 600 prisonniers politiques, un vendredi noir

30 Septembre 2020

Après les manifestations du 22 septembre, le compteur enregistre plus de 600 arrestations des les rangs du MRC et partis alliés. Déjà 100 d'entre eux sont au tribunal militaire.

Le Mouvement Stand up for Cameroon appelle les populations à se mettre en noir vendredi 2 octobre en guise de protestation.

Le presse suit au quotidien cette histoire. Des rédactions plutôt controversées. Le journal l'Essentiel indique qu'autour de Kamto et le Mrc:«L'étau se resserre».

Selon un communiqué du ministre de la Communication, René Emmanuel Sadi, rendu public le 25 septembre dernier, la situation du leader du Mrc fait l'objet d'un examen attentif par les instances Judiciaires. Au même moment, sa formation politique qui s'illustre négativement depuis plusieurs années par des activités attentatoires à la paix, fait également l'objet d'un examen attentif par le ministère de l'Administration territoriale.

Les arrestations et embastillements des militants des partis politiques de l'opposition remontent dans le temps. Un logiciel qui resiste à l'évolution du temps. Le quotidien la Nouvelle Expression dans sa livraison du jour s'en offusque. Affaire Kamto et le Mrc:«Quand l'histoire de répète». Ce que Me Lavoisier Tsapy, l'un des conseillers Juridiques du Sdf avait décrié en 2018, s'est reproduit exactement en 2020.

La Répression va plus loin avec «100 manifestants du Mrc devant le Tribunal militaire» Pour le Journal KALARA, Une semaine après les marches pacifiques du 22 septembre 2020, le gouvernement passe à la vitesse supérieure en traduisant des partisans de Maurice Kamto en Justice pour "terrorisme"insurrection"et "hostilité envers la patrie". Le leader de la formation politique toujours assiégé dans son domicile avec sa famille. Les avocats dénoncent des tortures sur les personnes interpelées.

Les Droits de l'Homme sont ainsi mis à rude épreuve «Au pays des 600 prisonniers politiques». Le journal Le Jour indique que Des centaines de personnes interpellées autour des marches pacifiques du 22 septembre dernier sont encore en détention.

Ces Arrestations arbitraires ne laissent pas les organisations de la société civile indifférentes. «Des Ong appellent à protester » La Nouvelle Expression revele. Afin de dénoncer les interpellations massives et illégales des manifestants du 22 septembre 2020, des organisations non gouvernementales invitent les camerounais épris de paix et de Justice à se mettre en noir le 2 octobre prochain.

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.