Ile Maurice: Tan Yan - « Les révisions de contrat à MK sont illégales »

30 Septembre 2020

Le négociateur Ivor Tan Yan estime qu'il y a eu abus concernant le changement dans les conditions de travail des employés d'Air Mauritius.

C'était ce mercredi 30 septembre 2020, devant le Paille-en-Queue Court. Il affirme qu'il n'y a pas eu de consentement tel que prévoit la loi du travail et le droit du contrat. « Les administrateurs de la compagnie avaient le devoir de consulter et non pas informer les syndicats. Les administrateurs doivent obtenir le consentement des travailleurs pour apporter de tels changements dans les conditions de travail. Le consentement des travailleurs ou celui de leurs représentants est nécessaire lorsque les salaires vont être revus à la baisse de manière aussi drastique ». Et d'ajouter que : «Le consentement de l'employé est également une condition sine qua non pour le congé sans solde. A ce jour la loi, prévoit que l'employeur peut proposer des congés sans solde mais il faut que les employés les acceptent !».

Le syndicaliste estime ainsi que la proposition faite aux pilotes de travailler pendant leur congé sans solde est un "un mépris". «Les pilotes ont pris la plus grosse coupe de salaire, entre 65% et 75%», rappelle Ivor Tan Yan. Considérant que le contrat imposé aux pilotes est abusif, les pilotes ont fait servir une mise en demeure rédigée par Me Komadhi Mardemootoo, aux administrateurs mardi. Pour Ivor Tan Yan, l'offre d'emploi proposant de nouvelles conditions d'emploi aux pilotes ne comprend ni le salaire, qu'ils vont toucher, ni la durée du contrat et encore moins la certitude du poste qu'ils occuperont, soit pilote ou co-pilote.

Le syndicaliste trouve "inacceptable" qu'il y ait des droits différents pour différents travailleurs. «Tous les syndicats représentant les différents types de travailleurs d'Air Mauritius ont accepté de sacrifier entre 40% et 60% de leurs salaires mais à partir du 1er octobre, les employés seront catégorisés en trois groupes, » explique Ivor Tan Yan. Le premier concerne ceux touchant moins de Rs 25 000 et ils ne sont pas concernés par d'autres réductions de salaire et ne sont pas concernés par le travail à temps partiel ou le congé sans solde.

Le second regroupe les employés qui touchent entre Rs 25 000 et Rs 50 000. Ils ne sont assurés d'un salaire de Rs 25 000 minimum mais travailleront à temps partiel et la compagnie les sollicitera comme des sous-traitants. La troisième catégorie concerne ces employés qui touchent plus de Rs 50 000. Ils ne toucheront pas plus que 50% de leur salaire après une réduction en juillet 2020 de 40% à 60%. Du coup, ils toucheront uniquement 20% à 30% de leur salaire initial. En sus de cela, certains seront appelés à partir en congé sans solde pendant des périodes allant de 3 à 6 mois.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.