Afrique: Les États insulaires africains lancent une initiative commune pour l'approvisionnement en médicaments

Brazzaville — Les ministres de la santé de sept petits États insulaires africains ont signé aujourd'hui un accord pour l'achat conjoint de médicaments et de vaccins afin d'améliorer la qualité et l'accès aux médicaments et autres produits de santé.

Les ministres du Cap-Vert, des Comores, de la Guinée-Bissau, de Madagascar, de Maurice, de Sao Tomé-et-Principe et des Seychelles, qui forment les petits États insulaires en développement, ont signé l'accord sur les marchés publics communs afin de tirer parti des économies d'échelle et des négociations collectives. Le coût élevé des médicaments et des fournitures médicales est l'un des principaux défis auxquels sont confrontés les petits États insulaires en raison de leur modeste population.

Le directeur général de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), Dr Tedros Adhanom Gebreyesus, et la directrice régionale de l'OMS pour l'Afrique, Dr Matshidiso Moeti, se sont joints aux ministres lors de la cérémonie de signature virtuelle. Dr Tedros a félicité les ministres pour cette importante avancée et a assuré du soutien continu de l'OMS pour aider les pays à mettre en œuvre l'accord.

Dr Moeti a noté que les efforts déployés jusqu'à présent pour mettre en place le programme d'achat groupé avaient déjà renforcé l'attractivité du marché pharmaceutique des petits États insulaires en développement.

« En créant un flux de demande plus important, nous pouvons espérer un meilleur accès à des médicaments de qualité et à des prix compétitifs. Le coût élevé des médicaments est l'un des principaux obstacles auxquels sont confrontés de nombreux pays de notre Région pour fournir des soins de santé abordables et de bonne qualité. La mise en commun de nos ressources est un moyen de relever ce défi », a déclaré Dr Moeti.

L'accord entériné aujourd'hui officialise l'objectif du programme de mise en commun des achats, à savoir coordonner l'achat de certains médicaments et produits de santé à un prix abordable et améliorer la qualité des produits. Il définit également les principes directeurs et la structure de gouvernance, y compris la création d'un secrétariat, de comités techniques et d'un conseil des ministres.

Alors que la Région africaine est confrontée à la double charge des maladies transmissibles et non transmissibles, il est essentiel que les pays mettent en place des systèmes pour l'achat en temps voulu de fournitures à un coût raisonnable et en quantités suffisantes pour répondre aux besoins de traitement et compléter efficacement les investissements importants dans la promotion de la santé.

Pour les petits États insulaires, la mise en commun des achats de médicaments devrait également permettre d'harmoniser les systèmes de gestion des médicaments, d'améliorer les performances des fournisseurs et de réduire la charge de travail liée aux achats. L'achat groupé est le modèle ultime de collaboration entre pays visant à améliorer l'efficacité des achats.

Les plans visant à mettre en place l'initiative d'achats groupés ont débuté en 2017 aux Seychelles lors d'une réunion des ministres de la santé de cinq petits États insulaires en développement qui ont exprimé leur engagement à mettre en œuvre le programme, en particulier pour les médicaments contre les maladies non transmissibles. La Guinée-Bissau et Madagascar se sont joints à eux par la suite.

« Il faut reconnaître que ce fut un effort long et fastidieux, et je salue les contributions des ministres passés et présents et de leurs équipes pour leur dévouement dans la création d'un environnement favorable au lancement de ce mécanisme », a déclaré Dr Moeti.

Plus de: WHO

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.