Sénégal: Le PIPADHS va ériger 66 garderies et 150 salles de classe préparatoire dans 7 régions

Fatick — Au total, 66 cases des tout-petits et 150 salles de classe préparatoire à l'élémentaire seront construites dans sept régions du Sénégal dans le cadre de la mise en œuvre du Projet investir dans les premières années pour le développement humain au Sénégal (PIPADHS), a appris l'APS.

Les régions de Diourbel, Kaffrine, Kaolack, Kolda, Matam, Tambacounda et Fatick sont celles appelées à accueillir ces infrastructures, a-t-on notamment appris lors d'un comité régional de développement (CRD) organisé mardi à Fatick, une localité du centre du pays.

"Le choix de ces régions est lié au fait qu'elles ont les indicateurs de développement humain parmi les plus bas du pays", a expliqué Alioune Fall, coordonnateur du projet à l'issue de la réunion consacrée à l'installation du comité régional de suivi de cette initiative.

Il a rappelé que le projet était financé par la Banque mondiale à hauteur de 42 milliards de francs CFA pour une durée de cinq ans.

"La construction de ces structures va nous permettre d'améliorer le taux national d'accès au préscolaire actuellement à 17% jusqu'à 22% voire 24% à l'horizon 2024", a-t-il ainsi fait valoir.

Il a également indiqué que le projet allait financer la construction 14 "daaras" (écoles coraniques) préscolaires, qui vont permettre aux enfants âgés de 0 à 5 ans, de la petite enfance, dont les parents ont choisi un apprentissage coranique, un enseignement religieux.

Alioune Fall a signalé que pour cette année (2020) Fatick allait bénéficier de quatre cases des tout-petits et deux "daaras préscolaires".

Le PIPADHS Y prévoit pour cette année, la construction de 22 classes préparatoires à l'élémentaire (CPE) sur les 150 prévues dans le cadre de sa mise en œuvre.

Selon lui le projet repose sur trois composantes : améliorer la nutrition infantile et la stimulation précoce, élargir l'accès à des services d'apprentissage précoce de qualité, et élargir la couverture des services pour protéger les enfants avec une activité phare liée à l'enregistrement des naissances.

Il s'agit d'arriver à l'horizon 2024, c'est d'arriver à ce que 207. 000 enfants âgés de O à 5 ans puissent accéder aux structures de développement intégré de la petite enfance dans le volet apprentissage, a-t-il laissé entendre.

"On va Faire en sorte que plus de 600.000 enfants puissent accéder à l'enregistrement des naissances à la fin du projet", a-t-il poursuivi, rappelant, qu'au Sénégal, seul un enfant sur trois est déclaré à la naissance.

"Le projet, c'est aussi une composante nutrition qui veut permettre à 900 000 enfants de bénéficier des activités de suivi de la nutrition", a-t-il encore souligné son coordonnateur

Le CRD a été présidé par le gouverneur de la région de Fatick, Seynabou Guèye en présence de la directrice de l'Agence nationale de la petite enfance et de la case des tout-petits, Thérèse Faye Diouf.

A La Une: Sénégal

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.