Ile Maurice: « Gouvernement alternatif » - La ruse (ou l'erreur) de Paul Bérenger

30 Septembre 2020

Paul Bérenger n'est-il pas allé trop vite en besogne en demandant publiquement aux deux autres partis de l'opposition, nommément le Parti travailliste (PTr) et le Parti mauricien social-démocrate (PMSD), de constituer un gouvernement alternatif avec le Mouvement militant mauricien (MMM)?

Sa déclaration, lors de la conférence de presse des Mauves samedi dernier, aurait, semble-t-il, pris de court ses deux partenaires. Le leader du MMM a notamment déclaré : «Nous (NdlR : le PTr, MMM et PMSD) devons présenter une alternative crédible, solide, qui provoquera le départ de Pravind Jugnauth comme Premier ministre.» C'est surtout au niveau des postes de Premier ministre, vice Premier ministre, président de la République et speaker, entre autres, que les trois partis devraient trouver un accord.

Même au niveau de son parti, certains se demandent si, lancer un tel appel en public alors que les directions des trois partis se rencontrent chaque quinzaine, ne constituerait pas une erreur de stratégie. Des membres du MMM trouvent que c'est encore un peu tôt pour parler de gouvernement d'alternance, alors que cette alliance n'est pas encore concrétisée.

Évidemment, ces personnes ne veulent pas être citées, contrairement au leader-adjoint du parti mauve, Ajay Gunness. Ce dernier estime que «it's now the time» de proposer au pays un gouvernement alternatif. Toutefois, il ajoute qu'il y a eu des discussions préliminaires au sein de son parti mais que ces discussions devraient se poursuivre au niveau des trois partis. Au MMM, dit-il, il n'y a pas eu de discussions sur le rôle que les dirigeants joueraient au sein d'une grande alliance des trois partis.

Invité à dire si une telle question peut être soulevée avant même qu'une telle alliance ne soit concrétisée, Ajay Gunness soutient que «c'est justement sur la base d'attribution des postes constitutionnels que cette alliance peut être discutée». Pour lui, il est primordial de discuter des responsabilités de tous ces postes et, «une fois qu'on se sera mis d'accord, l'alliance sera automatiquement concrétisée». Il devait ajouter que des discussions autour d'un gouvernement alternatif changeront la donne sur la scène politique.

Au niveau du PTr, on estime qu'une telle question doit être discutée d'abord au niveau de chaque instance du parti. Son président, Patrick Assirvaden, avance que, lors de la prochaine rencontre entre les trois partis, la question pourrait être abordée mais il «pense que chaque instance doit discuter du rôle que chacun sera appelé à assumer au sein d'une alliance élargie». Il ajoute que le PTr n'a jamais discuté de cette proposition de Paul Bérenger mais il insiste à dire que c'est lors des rencontres des 18 représentants que de telles discussions doivent d'abord avoir lieu.

Le leader du PMSD, Xavier-Luc Duval, soutient que, comme c'est lui qui sera appelé à présider la réunion de samedi prochain, il mettra la proposition de Paul Bérenger à l'agenda. «On aura une meilleure idée samedi prochain.»

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.