Cameroun: La touche Jean-Paul Akono

Au cours de cette compétition, le technicien a su opérer une belle alchimie entre des champions d'Afrique 2000, des professionnels et quelques amateurs.

Mais où allait-il après le but en or de Modeste Mbami face au Brésil ? L'image de Jean-Paul Akono se laissant guider au hasard par une overdose de joie a fait le tour du monde. Une émotion à la hauteur de la performance réalisée quelques instants auparavant par ses jeunes Lions. Amputés d'Aaron Nguimbat et de Geremi Njitap, le Cameroun, au courage, va venir à bout du Brésil 2-1. Une rude bataille tactique au cours de laquelle « Magnusson » décide de jouer avec une défense haute durant les phases offensives et de défendre à neuf sur la moitié de terrain camerounaise. Une option gagnante face à l'aisance des Sud-américains à se projeter rapidement vers l'avant.

A Sydney, Jean-Paul Akono, c'est aussi un technicien qui a du flair. Comme sur le premier but du Cameroun face au Brésil, inscrit sur un coup franc tiré non pas par Géremi Njitap, mais par Patrick Mboma. L'attaquant va botter le cuir sur insistance du sélectionneur comme répété durant les jours précédant le quart de finale. Exhorter Patrick Mboma à prendre des initiatives sur les coups de pieds arrêtés a payé, tout comme le changement de gardien à la fin du premier tour. Face à la République Tchèque (1-1), Daniel Bekono, le titulaire au poste depuis la médaille d'or glanée un an auparavant aux Jeux africains de 1999 à Johannesbourg, n'a pas fait montre de son habituelle assurance. Après consultation de Thomas Nkono, il décide de lancer un ado de 16 ans dans le grand bain. Idriss Carlos Kameni va garder les cages camerounaises jusqu'au sommet de l'Olympe.

Des choix gagnants comme celui de n'avoir recours qu'à Mboma comme seul joueur de plus de 23 ans sur les trois que lui offre le règlement. A l'écoute de ses adjoints et exploitant la détermination d'acier de ses troupes, l'ancien joueur du Canon de Yaoundé avait avant tout foi en son jeune groupe. Un effectif où l'on retrouvait des champions d'Afrique 2000, des médaillés d'or des Jeux africains 1999 et des professionnels de moindre envergure. Même quand le navire vacillait, il a toujours eu les mots justes pour galvaniser ses joueurs. Comme face au Chili en demi-finale et surtout en finale contre l'Espagne. Le Cameroun mené 2-0 à la pause, il passe un savon à ses joueurs, exige des crampons vissés pour lutter contre les nombreuses glissades observées, fait sortir Aaron Nguimbat au profit de Daniel Ngom Kome et donne 15 minutes à ses joueurs pour rétablir l'équilibre. Un discours dur mis en pratique par des joueurs. La suite, tout le monde la connaît.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.