Congo-Kinshasa: La loi sur les anciens présidents de la République est inconstitutionnelle

Pour le président national du Mouvement lumumbiste progressiste (MLP), Franck Diongo, cette loi donnerait des avantages exorbitants à une seule personne par ses qualités d'ancien président et de sénateur à vie.

L'ancien député national Franck Diongo Shamba continue à fustiger la double stature-sénateur à vie et ancien président de la République, dont bénéficie Joseph Kabila. Pour lui, cette double dimension fait saigner dangereusement le Trésor public.

Dans sa position, le président du Mouvement lumumbiste progressiste (MLP) a fustigé la loi portant statut des anciens présidents de la République, qu'il juge inconstitutionnelle. « Une seule personne ne doit pas coûter extrêmement cher à la République. Déjà avec le statut de sénateur à vie que nous lui avons conféré, parce que je suis co-rédacteur de la Constitution, un ancien président devenu sénateur à vie, a des avantages particuliers que les autres sénateurs n'ont pas », indique Franck Diongo au cours de la conférence de presse tenue le 29 septembre au siège de son parti, à Kinshasa. Et de se demander pourquoi encore accorder par une loi à cet ancien président, non seulement un salaire mensuel faramineux, mais aussi d'autres avantages ?

Pour cet ancien député national, la loi portant statut des anciens présidents de la République est inconstitutionnelle parce qu'« elle viole l'article 12 de la constitution qui prône l'égalité de tous les Congolais devant la loi, et ne devra pas être d'application parce que la Constitution a de la préséance sur elle», a-t-il souligné, exigeant que l'ancien chef de l'Etat, Joseph Kabila, retourne dans les Trésor public tout l'argent qu'il a perçu, découlant de la loi portant statut des anciens présidents de la République.

Pour Franck Diongo, Joseph Kabila ne doit bénéficier que de son statut de sénateur à vie, qui fait de lui, d'ailleurs, justiciable comme tout autre parlementaire, devant la Cour de cassation.

Une plainte contre l'ancien président de la République

Franck Diongo Shamba serait-il déterminé à anéantir l'ancien président de la République, Joseph Kabila, son « bourreau d'hier »qu'il accuse d'avoir détruit le pays ? Selon une certaine opinion, cette question vaut bien son pesant d'or. Parce que le président du MLP fait déjà savoir qu'avec le statut de sénateur à vie, qui n'empêche pas des poursuites judiciaires, il prévoit le dépôt, dans les tout prochains jours, d'une plainte contre l'ancien président de la République, Joseph Kabila. « Au regard des crimes de guerre, crimes de sang, crimes économiques que monsieur Kabila a perpétrés pendant sa gouvernance, le MLP dont les combattants ont été tués, déposera, dans le délai le plus court, une plainte à charge de monsieur Kabila pour qu'il soit poursuivi et réponde de ses actes d'atrocités et de mauvaise gouvernance », renseigne Franck Diongo. Ce dernier campe sur sa position selon laquelle l'ancien président ne peut pas être protégé par une loi inconstitutionnelle.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.