Congo-Brazzaville: Santé publique - Des agents du laboratoire national réclament leur salaire

Soixante-quatre agents du Laboratoire national de santé publique (LNSP) ont rendu publique, le 30 septembre à Brazzaville, une pétition pour dénoncer leur désarroi relatif à leur radiation non-justifiée du bordereau de paiement de cet établissement.

Deux types de contrats lient ces agents regroupés en collectif 64 au laboratoire national. Certains sont régis par des contrats à durée indéterminée tandis que d'autres bénéficient des contrats à durée déterminée. En effet, pour le premier cas, les agents ont perçu des arriérés de salaires d'avril et mai 2019 sur la base de leur état de sommes dues courant janvier 2020, en attendant la régularisation dans les bordereaux de salaires. Ils totalisent actuellement neuf mois de salaires impayés.

« A l'arrivée de l'actuel directeur général par intérim, tout a changé, les soixante-quatre agents recrutés sont mis à l'écart. Ainsi, ils sont privés de leur droit de travailler au sein du laboratoire pour des raisons d'inexistence de dossiers au service administratif », souligne la pétition.

Selon les membres du collectif 64, l'argument évoqué est « fallacieux » et ils exigent plus de « lumière » à l'heure du combat contre les antivaleurs car, disent-ils : « Nos dossiers ont été déposés et traités au service du personnel par la cheffe de section gestion des carrières, au service de l'administration et des ressources humaines. Ils ont été contrôlés et les diplômes authentifiés par la déléguée du contrôle budgétaire ». Le collectif promet d'observer un sit-in et menace de fermer de force les locaux du laboratoire national.

Par ailleurs, le directeur général Fabien Roch Niama plaide pour l'augmentation du budget du laboratoire national de santé publique afin de recruter définitivement ces derniers. Il a promis soumettre le dossier à l'examen du comité de direction.

« Nous avons découvert ce groupe après notre nomination. Les bordereaux des mois de janvier et février 2020 envoyés au budget ont été rejetés. La masse salariale passe de plus de quatre-vingt-quatre millions de francs à plus de cent-onze-millions de francs CFA », a indiqué Fabien Roch Niama.

Le budget annuel du LNSP est estimé à un milliard cinq cents millions de francs CFA. Et le comité de direction de cet établissement de santé n'a pas encore pour l'instant un président dûment nommé au Conseil des ministres.

« Je les avais reçus pour dire qu'ils étaient recrutés en régulation. Je leur avais dit que c'est le comité de direction qui devrait valider cette procédure et nous donner le budget. Un courrier est adressé par ma tutelle au Premier ministre pour désignation d'un président du comité de direction », a ajouté ce directeur.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.