Rwanda: Félicien Kabuga sera remis à la justice internationale

Félicien Kabuga, l'un des fugitifs les plus recherchés au monde, qui aurait été l'une des principales figures du génocide de 1994 contre les Tutsis au Rwanda, a été arrêté à Paris par les autorités françaises.
30 Septembre 2020

La Cour de cassation française a définitivement validé la remise à la justice internationale de Félicien Kabuga ce mercredi.

Il est celui qui est accusé d'être le "financier" du génocide des Tutsis en 1994. L'ancien président de la Radio télévision libre des Mille collines (RTLM). Il avait été arrêté en mai près de Paris, après vingt-cinq ans de cavale. Ses avocats réclamaient que Félicien Kabuga soit jugé en France, par crainte d'un procès biaisé en Afrique, alors que Paul Kagamé est toujours au pouvoir au Rwanda. Mais la décision de la Cour de cassation renvoie donc son procès à Arusha, en Tanzanie, où siège la division africaine du Mécanisme pour les tribunaux internationaux.

"Un procès équitable"

"Je n'ai aucun doute que le procès sera équitable", réagit ce mercredi, dans une interview à la DW, Serge Brammertz, le procureur de cette juridiction, mise en place par l'Onu pour mener à bien les travaux du Tribunal pénal international pour le Rwanda qui, lui, a fermé ses portes fin 2015. "Les juridictions internationales des Nations unies travaillent sur ce genre de dossier depuis plus de 20 ans", rappelle-t-il. "Nous avons une expérience vraiment importante et des juges, procureurs ou enquêteurs qui viennent du monde entier".

La France a un mois pour remettre l'octogénaire au Mécanisme pour les tribunaux pénaux internationaux (MTPI). Mais les avocats de Félicien Kabuga souhaite qu'il soit transféré à la Haye. "À la Haye ses droits seront mieux protégés", estime Emmanuel Altit, un de ses avocats, dans une interview à l'Agence France Presse. Une demande au MTPI va être faite prochainement.

A La Une: Afrique et Europe

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.