Afrique: Pertes et gaspillages de nourriture - La FAO mène la sensibilisation

Près de 14 pour cent de la nourriture mondiale se perd avant d’atteindre le marché. Des agriculteurs récoltent des haricots au Kenya.

Les pertes et le gaspillage alimentaires (Pga) constituent un défi majeur pour des systèmes alimentaires durables et efficaces contribuant à la sécurité alimentaire et nutritionnelle pour tous.

A l'échelle mondiale, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (Fao) estime que 14% des aliments produits sont perdus entre la récolte et la vente au détail, sans compter les quantités importantes gaspillées dans le commerce de détail et au niveau de la consommation.

« En Afrique subsaharienne, où de nombreux petits agriculteurs vivent avec moins de deux dollars par jour, les pertes alimentaires sont estimées à quatre milliards de dollars par an, rien que pour les céréales », renseigne la Fao dans un communiqué de presse.

Pour promouvoir les efforts mondiaux et l'action collective visant à réduire les Pga, l'Assemblée générale des Nations Unies a déclaré, l'année dernière, le 29 septembre, Journée internationale de sensibilisation aux pertes et gaspillages de nourriture.

L'objectif est d'atteindre la cible 12.3 des Odd qui appelle à réduire de 50% le gaspillage alimentaire mondial, tout en réduisant les pertes alimentaires le long des chaînes de production et d'approvisionnement d'ici 2030.

«Au Sénégal, les estimations des pertes après-récolte varient entre 13 et 70% de la production, selon les sources.

Les filières céréalières (riz, mil...), protéagineuses (arachide, niébé) sont aussi bien affectées que les chaines de valeur horticoles (oignon, pomme de terre, mangue, banane...), d'élevage et de pêche par ces niveaux élevés de pertes estimés à 100 milliards de francs CFA de pertes économiques chaque année », révèle la même source.

Un programme conjoint pour préserver les chaines de valeur agricole. Pour cette première édition célébrée dans un contexte de Covid-19 sur le thème «Engagez-vous ! Contre les pertes et le gaspillage de nourriture. Pour l'humanité.

Pour la planète», la Fao a réuni, lors d'une rencontre virtuelle, les parties prenantes nationales tant du secteur public que du secteur privé pour discuter des pertes alimentaires dans les filières agro-sylvo-pastorales et halieutiques et des solutions tout au long de la chaîne d'approvisionnement alimentaire.

Le Représentant de la Fao, Gouantoueu Robert Guei, a souligné la nécessité de développer et de mettre en œuvre conjointement avec le Gouvernement «un programme de gestion post-récolte pour réduire les pertes alimentaires et renforcer les chaînes de valeur agricoles prioritaires, durant et après le Covid-19».

«Le programme contribuerait à améliorer, d'une manière générale, l'efficacité, la compétitivité et l'équité dans ces chainesde valeur, ainsi qu'au respect des engagements et objectifs de réduction des pertes et de leurs impacts négatifs pris par l'Etat», a-t-il expliqué.

Plus de: Lejecos.com

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.