Sénégal: Les populations de Déby-Tiguette réclament une digue de protection

30 Septembre 2020

À 70 km de Saint-Louis, dans la commune de Ross Béthio, département de Dagana, Déby-Tiguette, localité à la lisière du Parc du Djoudj, est submergée par les eaux. Ce qui a créé des courts-circuits. L'absence d'électricité a ainsi entraîné une coupure générale des robinets.

La situation est intenable dans le village de Déby-Tiguette contigu au Parc des oiseaux du Djoudji. Les robinets sont à sec. La faute à cette eau provenant du parc qui a enserré le village, occasionné un cours circuit et mis le forage hors service.

Plus grave encore, avec l'absence d'une digue permettant de protéger ce village des crues provenant du Djoudj, les serpents, abeilles et autres reptiles dangereux ont colonisé une partie de Déby-Tiguette.

Ici, une petite bande de terre permet d'entrer ou de sortir de cette localité. Plus loin, on aperçoit la rizerie de la localité, le dispensaire (vidé par la sage-femme et l'infirmier) et le poste de police inondés et impraticables.

Cheikh Kane, président de l'Union des villageois, la mort dans l'âme, rappelle la difficile cohabitation avec le Parc du Djoudj, « qui ouvre ses vannes durant les crues et le trop-plein d'eau vient envahir nos demeures ».

La solution, pense-t-il, c'est la réalisation d'une digue de 36 km, d'un coût de 571 millions de FCfa annoncée par les autorités, afin de ceinturer les villages riverains du parc et de sécuriser les habitats.

Plus grave, souligne Cheikh Kane, les greniers sont inondés. Les maisons en banco se sont affaissées avec la furie des eaux et le cimetière est devenu impraticable.

Dans un élan de solidarité, avoue Moubarak Wade, des jeunes de la localité avaient utilisé des centaines de sacs de sable pour ériger une digue de fortune qui n'a pas tenu. En plus, les enclos des vaches sont inondés. « Ce qui fait que dans tout le village, les bêtes cohabitent avec les humains », précise M. Kane.

Une eau boueuse comme boisson

Les femmes et les jeunes filles de Déby-Tiguette sont continuellement dans la corvée de l'eau. En ordre de marche, bouteilles de 20 litres à la main, elles utilisent une pirogue pour se rendre sur le bras de fleuve afin de chercher une eau saumâtre qui leur sert de boisson.

« Nous ne savons plus quoi faire et ne ressemblons même plus à des humains à force de chercher de l'eau », déplore Ngoné Teuw, présidente des femmes de la localité. Pour éviter ce calvaire, poursuit-elle, la solution est d'acheter les bouteilles de 20 litres à 150 FCfa l'unité. Une manne que « nous n'avons pas », se désole-t-elle.

Ousseynou Mbodj, conseiller municipal dans la commune de Diama, regrette aussi cet état de fait et indexe les autorités du Parc du Djoudj qui ne sont même pas venus les voir après ces inondations. Il a, en outre, rappelé la visite de l'ancien ministre de l'Environnement, Aly Haïdar, en 2012.

« Il nous avait promis une digue », souligne le conseiller municipal. À ces griefs, s'ajoute, selon M. Mbodj, le délabrement avancé de la route. « Les femmes enceintes sont fatiguées lors des évacuations à Ross Béthio ».

Cette localité, deuxième plus grand casier rizicole après Diawar, a vu aussi ses terres inondées et impraticables à la culture du riz.

Une véritable calamité, peste Ousseynou Mbodj. « Car nous dénombrons pas moins de 300 ha inutilisables par les producteurs, avec un impact néfaste sur la vie des familles qui tirent leurs subsistances de l'agriculture ».

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.