Sénégal: "Shula Acoustic Tour" - La sixième édition repensée, conformément aux exigences du Covid-19 (promotrice)

Dakar — La sixième édition de "Shula Acoustic Tour" va se tenir pendant un an, du 31 octobre 2020 au 30 octobre 2021, avec un "ambitieux programme" répondant aux exigences de la Covid-19, a annoncé, mercredi, à Dakar, sa promotrice, la chanteuse sénégalaise Ramatoulaye Ndiaye alias Shula Ndiaye.

"Ce programme ambitieux comprend une tournée nationale d'un an, du 31 octobre 2020 au 30 octobre 2021, avec 17 dates retenues pour 13 régions du Sénégal, des échanges sur la thématique retenue, et des interventions sur les questions de paix et de justice sociale", a-t-elle expliqué à l'APS.

"Le format est repensé en réponse aux exigences de la Covid-19, afin de mieux s'adapter au contexte", a-t-elle précisé. Ce format s'inscrit, selon elle, dans la continuité d'un "concept socioculturel" qu'elle a lancé le 21 juin 2010 à Rufisque, sa ville natale.

"Nous avons misé sur le numérique en proposant des séries de plateaux-concerts en streaming et replay. Et c'est le moment d'investir les médias et le digital afin de faire le plaidoyer d'un concept scénique qui nous tient à cœur, 'Jammi Reew' (la paix au Sénégal)", a expliqué Shula Ndiaye.

Selon elle, le support promotionnel de "Shula Acoustic Tour" est une scène itinérante autour des arts et de la culture, au service du développement, en un mot une initiative qui se veut participative et qui allie musique, actions humanitaires et sociales, échanges artistiques aussi.

"Le 'Shula Acoustic Tour' propose un modèle de développement qui intègre la dimension socioculturelle et l'apport des femmes, qui représentent plus de la moitié de la société africaine en tant qu'agents incontournables à tout processus de changement véritable", a souligné la chanteuse.

Il s'agit, selon elle, d'une nouvelle approche de la notion de culture, qui prend en compte le développement des sociétés contemporaines dans une démarche "non aliénante ou une approche passéiste, rétrograde mais en phase avec une modernité bien comprise et enrichissante".

"Notre objectif est de sensibiliser le large public sur les activités culturelles et entamer ainsi une stratégie de conscientisation et de mobilisation autour des véritables questions de développement et du rôle particulier des femmes et des jeunes dans la transformation économique et sociale", a poursuivi Shula Ndiaye.

La chanteuse, à travers son concept, compte mettre son art au service de la transformation sociale en s'appuyant sur la musique comme véhicule de la conscience historique et vecteur de messages progressistes.

Shula Ndiaye dit en outre vouloir promouvoir le thème "paix et développement local : quelle mission pour les femmes et la jeunesse ?".

"Une manière pour l'artiste de mettre en rapport l'impérieuse nécessité d'instaurer la paix et d'atteindre l'objectif de développement.

Il s'agit de montrer aussi que les femmes et la jeunesse sont non seulement des vecteurs de promotion de la paix, mais aussi de véritables acteurs du développement", a-t-elle souligné.

"Aujourd'hui, de manière participative, en tant que citoyenne, je souhaite montrer qu'au Sénégal, en Afrique, il y a une réelle volonté d'aller de l'avant, que chacun à sa manière peut contribuer au réveil, pour que la société bouge", a ajouté Shula Ndiaye.

Elle dit vouloir, en s'aidant de l'art et des propres valeurs culturelles de son pays, chercher "à magnifier le rôle de participation importante des femmes et de la jeunesse dans cette dynamique-là, tout en rappelant que sans la préservation de la paix et de la justice sociale, point de développement équitable et durable".

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.