Afrique: Covid-19 - La pandémie pourrait contribuer à créer plus de diversités dans le secteur de l'aide

L'aide mondiale n'est pas diversifiée et les actions visant à la diversifier et la transférer ont été limitées. La pandémie de Covid-19 pourrait fournir l'ouverture espérée pour transformer ces systèmes enracinés, selon les experts.

La épidémie a perturbé le secteur du développement international, dont l'un des plus viscéraux a été la suspension des voyages internationaux, provoquant le flux de travailleurs humanitaires du nord vers le sud et forçant les donateurs à s'appuyer sur les organisations locales pour obtenir des informations et contribuer à la prise de décision.

Alors que les organisations tiennent compte de la réalité d'une nouvelle normalité et repensent la manière de faire des affaires dans le monde post-pandémique, c'est le moment de réfléchir à la manière, dont la Diversité, l'équité et l'inclusion (DEI), peuvent être avancées dans les nouvelles structures en construction.

Pour les dirigeants qui cherchent à assumer le rôle de DEI et à conduire le changement dans leurs pratiques organisationnelles, les experts avancent trois leviers clés disponibles.

- Premièrement, doubler les pratiques inclusives rendues possibles par un monde virtuel. La nécessité de ne pas être dans un bureau physique a démocratisé la distance, grâce à des conférences téléphoniques (visioconférence).

- Deuxièmement, profiter de cette opportunité pour augmenter l'embauche diversifiée, tout en conservant la flexibilité du travail à distance, un outil puissant pour améliorer la diversité, tout en supprimant la contrainte de l'emplacement physique d'un employé. Ce qui élargit le réseau de recrutement. Le retour aux anciennes méthodes manquera cette occasion d'ouvrir la porte à des talents plus diversifiés auxquels les entreprises n'avaient pas accès auparavant.

- Troisièmement, transférer le pouvoir des sièges aux bureaux de pays. Pour les experts, la concentration du pouvoir dans les quartiers généraux du nord peut être l'une des causes du manque de diversités du personnel humanitaire et de l'infiltration des valeurs parfois "racistes ou colonialistes" dans le don. La Covid-19 a limité la portée traditionnelle du contrôle pour les organisations basées à Washington, New York ou Londres. Il est temps de tester des modèles de prise de décisions décentralisée et de commencer à transférer le pouvoir de manière plus permanente sur le terrain vers les bureaux en bas - et les pays à revenu intermédiaire.

Une solution qui tente de corriger le déséquilibre des pouvoirs, mais contribue à combler les lacunes dans la représentation par le personnel humanitaire des personnes qu'il sert. Pour les experts, le moment est venu de saisir une opportunité unique pour réaliser des progrès significatifs et durables en matière de Diversité, d'équité et d'inclusion.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.