Madagascar: Affaire Danil Radjan - L'opposition de son avocate rejetée

L'avocate Miadana Ratsimba n'a pas attendu longtemps pour déposer son opposition à la décision du juge d'instruction, concernant la mise sous contrôle judiciaire de Lionnel Lelièvre.

Pour rappel, ce dernier est accusé d'avoir participé à l'assassinat de Danil Radjan le 19 septembre dernier à la City Ivandry. Une réponse non favorable a été donnée à la suite de ce recours auprès de la chambre de détention : le concerné reste libre sous condition de contrôle judiciaire. Autrement dit, il devra simplement ne pas sortir de la province d'Antananarivo et respecter le pointage périodique auprès du Parquet pour jouir de sa liberté, bien que provisoire.

Contrairement à ses acolytes malgaches qui, eux, croupissent dans la maison de haute sécurité de Tsiafahy depuis déjà trois jours et quatre nuits. Cette affaire est sur toutes les lèvres depuis quelques temps. Le public a eu un sentiment négatif concernant la décision du tribunal qu'il qualifie de disproportionnée. Pour un même acte d'accusation, le « vazaha » peut rentrer chez lui sereinement, tandis que les trois employés malgaches passent leurs jours en détention dans la prison la plus sécurisée du pays.

Me Miadana Ratsimba, qui représente la partie civile, y trouve une injustice flagrante et une justice à deux vitesses dans l'affaire dans laquelle elle défend la famille de Danil Radjan. « La famille ne compte pas abandonner jusqu'à ce que justice soit faite. Nous faisons confiance à la justice pour résoudre cette affaire. Raison pour laquelle nous ne baisserons pas les bras face à ce qui nous arrive, tant qu'il y a un recours possible », a-t-elle expliqué.

« Dans cette affaire, la réquisition téléphonique a prouvé que les quatre personnes se trouvaient au même moment sur la scène du crime. La police criminelle, via les images de vidéosurveillance, a pu remarquer la présence de la moto qui a servi aux déplacements de quelques-uns des tueurs. Rien que ce constat permet d'incriminer les accusés », ne poursuit l'avocate.

Depuis mardi, certains chroniqueurs de radio soulignent que les ressortissants étrangers sont devenus intouchables dans le pays. Ils se basent sur les faits de ces derniers temps, dont le plus récent était la mainlevée, décidée en moins de 24 heures de son exécution, d'une interdiction de sortie concernant deux patrons d'une grande firme internationale. « De la pure discrimination, de l'impartialité qui nuisent à l'image de la justice », avancent-ils dans leur analyse.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.