Ile Maurice: NSIF - Le sort de Dhiren Moher scellé lors de la prochaine réunion du board

Depuis quelques jours, la National Social Inclusion Foundation (NSIF) s'est retrouvée sous les feux des projecteurs contre son gré. En effet, l'un de ses membres, Dhiren Moher, a été arrêté par le Central Criminal Investigation Department dans l'enquête sur des messages à relent communal sur un groupe WhatsApp.

Pour le moment, son avenir au sein de la NSIF reste flou, en attendant une décision du board. La NSIF, qui existe depuis trois ans, opère dans la lutte contre la pauvreté, l'éducation, la protection des familles contre les violences, entre autres. Et cela, en respectant toutes les communautés du pays. «Nous avons environ 400 organisations non gouvernementales enregistrées auprès de nous. Nous les aidons financièrement dans leurs projets tout en ayant un œil sur la façon dont l'argent est utilisé», soutient le président de la NSIF, Menon Munien. Toutefois, le board de la NSIF se retrouve impliquée dans cette affaire délicate par les agissements de l'un de ses membres. «Je présume que sur notre prochain conseil, l'on aura un peu plus d'informations. Et on agira sur les infos que l'on aura. En tout cas, je vais demander au conseil de prendre une décision sur cette affaire. Je laisse la police également faire son travail.»

Il faut savoir que, depuis le 25 janvier 2019, 11 personnes siègent sur ce board pour une période de deux ans. En font partie : Sarah Rawat-Currimjee, Audrey d'Hotman de Villiers, Dhiren Moher, Jonathan Ravat, Roshan Kumar Sultoo, Kevin Ramkaloan, Jeanne Lan Hing Po, Tooneela Baboorun, Suraj Ray et un représentant du ministère de la Sécurité sociale. Actuellement, la NSIF, en collaboration avec le ministère des Finances, travaille sur une cellule d'assistance et de soutien aux personnes affectées par le déversement d'hydrocarbures du MV Wakashio, échoué dans les eaux mauriciennes.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.