Burkina Faso: Intrants sanitaires - Les acteurs présentent les résultats des régions pilotes

30 Septembre 2020

L'Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID) a clos, le mercredi 30 septembre 2020 à Ouagadougou, l'activité de la Chaine d'approvisionnement d'urgence (CAU). Il s'est agi pour les acteurs, de présenter les orientations et les choix stratégiques retenus, pour assurer la continuité des actions.

Le Centre-Nord, le Plateau central, le Centre-Sud et le Centre sont les quatre régions pilotes du Burkina Faso, dans lesquelles, la mise en place de la Chaîne d'approvisionnement d'urgence (CAU) a permis de collecter et de traiter des données sur 15 maladies et zoonoses prioritaires, qui sont, entre autres, la fièvre jaune, la méningite, le choléra, la rage, le charbon bactéridien, les intoxications chimiques et la COVID-19.

Les parties prenantes ont présenté, le mercredi 30 septembre 2020 à Ouagadougou, les résultats de l'intervention et échangé sur le renforcement de la CAU.

Ces activités ont bénéficié du soutien du projet de l'Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID), chargée de la mise en œuvre et de la gestion de la chaîne d'approvisionnement en médicaments et matériels en matière de santé humaine, animale et environnementale.

Ce projet dénommé « GHSC-PSM », a appuyé l'étude de collecte, à hauteur de plus de 400 millions F CFA, selon le représentant de l'USAID, Dr Abdoul Karim Guiro.

Pour lui, ce montant vise à soutenir les ministères concernés par le projet, à savoir les Ressources animales et halieutiques, l'Agriculture, la Santé, l'Environnement et le ministère en charge de la recherche scientifique, pour une mise en place d'un outil et des procédures, pour la prise de décisions dans le cadre de la gestion de la CAU.

« Cet outil, appelé Playbook, identifie l'ensemble des produits, de matériel et des médicaments nécessaires, pour la prise en charge des épidémies », a expliqué M. Guiro. Il a signifié qu'avec la COVID-19, "Playbook" a permis de rendre disponibles des produits pour des malades testés positifs.

Des statistiques en termes de coordination

Le secrétaire technique "One health" (Une seule santé), Dr Pierre Yaméogo a précisé que la CAU s'inscrit dans le cadre de l'opérationnalisation de la plateforme "One health".

Il a souligné que les représentants des ministères clés concernés par le projet feront face à un événement inhabituel ou d'une épidémie, devront travailler de façon coordonnée à rendre disponibles tous les produits de santé, en passant par la bonne gouvernance, la logistique, l'achat, la planification et surtout la riposte.

« Le projet a pris fin certes, mais il y aura une continuité des activités », a-t-il rassuré. Quant aux résultats de la collecte des données sur les 15 maladies, M. Yaméogo a fait savoir qu'ils sont paramétrés sur l'outil Playbook.

« Nous souhaitons que si nous avons un cas d'une maladie comme la rage ou la rougeole, que le ministère de tutelle puisse identifier les fournisseurs et voir également quelle logistique sera mise en place.

C'est la simulation qui a été faite durant la phase du projet et nous devons consolider ces acquis », a-t-il clarifié. Selon lui, sur la plateforme, il y a l'aspect résultat final, qui se mesure en termes de taux d'investigations conjointes.

Le ministre en charge des ressources animales, Sommanogo Koutou, par ailleurs président du comité de pilotage de "One health" a noté que la vision du Burkina Faso est de parvenir à un monde plus sûr et sécurisé, en fédérant des ressources financières et à être apte en cas d'épidémie.

« A travers ce projet, nous allons évaluer ce que nous avons pu capitaliser et aller à l'échelle nationale », a-t-il promis.

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.