Maroc: Zakia Khattabi, ou quand le militantisme vert se conjugue au féminin

Bruxelles — La Belgo-marocaine Zakia Khattabi, nommée ministre de l'Environnement et du Climat dans le nouveau gouvernement fédéral, est l'une des figures emblématiques de l'écologie politique en Belgique.

Outre son engagement écologiste, l'ancienne co-présidente du parti Ecolo, 44 ans, a toujours eu cette fibre militante qui a nourri son rêve de "changer le monde".

Cette éprise de justice sociale s'est engagée très jeune pour la défense des droits des femmes, des minorités, de la jeunesse précarisée, et des personnes issues de l'immigration. Ce sont des causes qu'elle a fait siennes tout au long de son parcours associatif, au Centre belge pour l'Egalité des chances et la lutte contre le racisme.

Titulaire d'une licence en travail social à l'Université libre de Bruxelles (ULB), la Belgo-marocaine qui commence à voter Ecolo dès l'âge de 18 ans a très vite su qu'elle voulait s'engager dans l'action politique sous les couleurs des verts.

Elle est élue pour la première fois au parlement bruxellois en 2009. La même année elle est désignée sénatrice par le Parlement de la Communauté française.

En 2014, elle poursuit son brillant parcours dans le milieu politique en faisant son entrée à la Chambre des représentants. Elle n'y a siégé qu'une année, car en 2015, elle est élue à la présidence d'Ecolo dont le règlement intérieur ne permet pas le cumul des mandats.

Zakia Khattabi, qui était à l'époque la seule femme élue à la tête d'un parti dans le paysage politique francophone belge, préfère, pourtant se présenter comme "femme engagée" et non comme "femme politique", comme elle l'avait confié à la MAP.

Devenue rapidement la coqueluche des médias, la charismatique Belgo-marocaine, a toujours fait part de sa fierté d"incarner l'exemple d'une femme issue de l'immigration qui a su accéder à l'un des plus hauts postes de responsabilité politique en Belgique.

Sous sa conduite, le parti Ecolo a été le grand vainqueur des élections communales et provinciales du 14 octobre 2018. Ce scrutin a donné lieu à une vague verte sans précédent en Wallonie et à Bruxelles, après une campagne électorale menée d'une main de maitre par la Belgo-marocaine.

Cet exploit électoral a valu à Ecolo d'être un interlocuteur incontournable dans les négociations pour la formation des gouvernements régionaux et fédéral.

Après avoir marqué de son empreinte le parti Ecolo, devenu un acteur de premier plan de la sphère politique belge, Zakia Khattabi passe le flambeau à une autre Belgo-marocaine, Rajae Maouane, pour lui succéder en 2019 à la présidence bicéphale d'Ecolo aux côtés de Jean Marc Nollet. A l'issue des élections législatives tenues la même année, elle est réélue membre de la Chambre des représentants.

Originaire de Tétouan, Zakia Khattabi affirme vouer "un attachement très intime" au Maroc où elle retourne régulièrement. Le fait qu'elle soit issue de l'immigration, elle en a fait d'ailleurs un atout.

Avec le portefeuille de l'Environnement et du Climat dont elle a hérité au sein du gouvernement du libéral flamand, Alexander De Croo, Zakia Khattabi aura l'opportunité de porter son engagement vert au sommet de l'Etat fédéral belge avec des ambitions toujours plus grandes de voir la question écologique au centre des priorités politiques de son pays.

A La Une: Maroc

Plus de: MAP

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.