Afrique: Mode - Davy Carmel fasciné par les tissus africains

Le jeune burundais, Davy Carmel Ingabire, a été contraint de quitter le Burundi, son pays, en 2015 - en raison de la situation politique tendue. Depuis Davy Carmel vit à Kigali où il a lancé sa marque de vêtements.

"La mode pour moi c'est vraiment une seconde nature. Je ne savais même pas que ça s'appelait la mode ou quoi que ce soit. Ce que je savais c'est que j'aimais beaucoup les tissus", explique Davy Carmel Ingabire. Le jeune créateur de la marque de vêtements, la marque DAVYK.

Avant même de comprendre ce qu'est la mode, Davy se rappelle avoir toujours été fasciné et intrigué par les tissus. Petit à petit, il a découvert son talent de dessinateur qui l'a fait entrer dans le monde de la mode

"C'est parti de cette envie de dessiner, je dessinais tout le temps. Même en classe même secondaire à chaque fois qu'il y avait un professeur, je suivais mais en même temps je dessinais. Parfois ça me créait des problèmes parce qu'ils pensaient que je ne suivais pas ce qu'ils disent. Mes amis de classe ont commencé à remarquer et m'ont demandé, est-ce que je peux utiliser ton croquis pour faire un habit pour mon diplôme. Et de là j'ai commencé à entrer dans les circuits de couturier parce que je voulais un tailleur pour une amie, une robe pour une autre pour nos diplômes. C'est devenu un peu mon monde mais je ne savais pas comment en savoir plus, comment connecter avec les autres designers. J'ai entendu à la radio un casting pour les mannequins, j'y suis allé. J'ai eu la chance d'être très élancé donc on m'a sélectionné. C'était une voie d'entrer dans le monde de la mode."

L'exil...

Après 10 ans dans le mannequinat professionnel, il se décide finalement d'avancer avec son projet de créateur de marque de vêtements. Alors qu'il était sur le point de se lancer, la situation au Burundi a basculé et il a dû quitter le pays en 2015. Un projet qu'il débuta finalement une année plutard au Rwanda.

"C'était en 2016, c'était je pense 3 robes et 4 chemises donc 7 articles. Avant que je ne publie les photos j'ai vendu 2 robes. Et dès qu'on a publié les photos des chemises, ça vraiment explosé. Je pense qu'on a fait une centaine de copies qu'on a distribuée partout. On vendait sur les réseaux sociaux. Les gens commandaient sur facebook ou instagram et on allait chez eux. Donc on vendait de notre voiture ou sur un taxi moto. Et après on a évolué, on a ouvert un shop. Et de ces 7 articles, voilà ca a grandi jusqu'à aujourd'hui."

La technologie joue un rôle important dans son business. A part quelques clients de Kigali qui le découvrent à travers son magasin, tout le reste basé dans les 5 continents du monde découvre la marque DAVYK via les différentes plateformes des réseaux sociaux.

"On est basé au Rwanda, donc le Rwanda c'est notre base là où se trouve notre niche. Le Burundi c'est chez moi c'est juste à côté. Mais sinon on a vendu partout, on a vendu au Japon, on a vendu en Australie. On envoie aux Etats-Unis, au Canada, en Europe. Ce qu'on fait on prend les commandes sur tous nos réseaux sociaux, après on prend les détails de la personne qui achète et on envoie. Parfois c'est très facile, on est au Rwanda c'est un peu de la plaque tournante en Afrique de l'est, donc il y a beaucoup qui viennent et qui partent. Mais aussi il y a plein de moyens de shipping."

Créativité sur le motifs...

L'originalité de ces articles est le grand atout qui attire les clients de la marque DAVYK en plus du service proposé par la maison, témoigne une de ses clients.

"Ce que j'aime particulièrement chez DavyK, c'est qu'ils sont plus dans la créativité que je dirais plus approfondie. Les tissus qu'ils utilisent sont plutôt recherchés, ne les voit pas tous les jours, ce qui fait la différence avec d'autres marques. Autre chose, ils cherchent beaucoup plus à intéresser les clients par là je veux dire, on te propose de te fabriquer ton propre vêtement que tu ne verras pas ailleurs, donc qui ne sera porte que par toi-même."

Originalité...

L'entreprise DAVYK a trois employés permanents et un partenariat avec un atelier de couture auquel ils font recours pour les commandes ou pour lancer une nouvelle collection. L'originalité de cette marque tant appréciée par les clients est le fruit du talent du créateur Davy Carmel qui imagine les mélanges à faire, souligne l'un des employés.

"C'est Davy Carmel le créateur, le designer. C'est lui qui choisit les mélanges et nous on achète les tissus. Il est vraiment talentueux."

Confiant en ses talents innés, Davy Carmel Ingabire n'a pas fait de formation pour lancer son projet. Âgé aujourd'hui de 33 ans, il appelle les jeunes africains à ne pas sous-estimer leurs talents car africains mais plutôt à briller et ainsi faire briller tout le continent.

"Je n'ai jamais été du genre de personnes qui me dit ça sera mieux ailleurs. C'est un truc qu'on a mis en nous, les africains et les autres personnes qui viennent des pays du tiers monde où on nous dit c'est mieux ailleurs. On nous parle du rêve américain, des opportunités qui se trouvent en occident et ailleurs. Mais il y a 100 ans, ils n'avaient pas ces opportunités, ils ont construit ces opportunités. Voilà nous aussi, a un moment c'est à nous de construire notre rêve africain et de créer ces opportunités autour de nous. Peu importe où on se trouve finalement, tu dois être la lumière qui brille autour de toi. Ça n'a pas de sens qu'un continent aussi riche continu à voir tout le monde partir."

A La Une: Afrique

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.