Congo-Brazzaville: Paris - L'exposition « Kings of Kin» met à l'honneur trois artistes congolais

L'évènement qui se déroule jusqu'au 30 octobre 2020 à la galerie Magnin-A et à la galerie Natalie Seroussi est consacrée à trois artistes emblématiques de Kinshasa, en RDC : Bodys Isek Kingelez (1948-2015), Moke (1950-2001) et Chéri Samba (1956-).

L 'exposition « Kings of Kin », indique-t-on, rassemble une trentaine d'œuvres inédites et historiques de ces artistes inspirés par la vie quotidienne, les faits de société kinois et l'actualité internationale. « Témoins de la vie politique et des changements de leur pays, leurs œuvres traduisent l'incroyable énergie de la société congolaise avec ses espoirs et ses tourments », indiquent les organisateurs.

Pionniers de la scène artistique congolaise, fait-on savoir, ces « Kings of Kin », sont les véritables gardiens de l'indépendance de leur pays. « Moké peint l'ambiance et les sentiments, Chéri Samba porte un regard critique sur les événements mondiaux et Bodys Isek Kingelez imagine le futur. Tandis que la roue de la vie politique tourne, leurs œuvres se déploient toujours davantage et sont aujourd'hui présentes dans les plus grandes collections privées et publiques, dont celle du MoMA à New York qui a récemment consacré une rétrospective à Bodys Isek Kingelez ».

Chéri Samba, Moké et Bodys Isek Kingelez, renseigne-t-on, ont traversé tous les changements politiques de leur époque. Ils ont grandi au Congo belge, sont devenus des peintres reconnus pendant que le pays prenait le nom de Zaïre. De même, ces artistes ont vécu la naissance de la République démocratique du Congo. « Au coeur de ces espoirs et de ces tourments, ils ont créé des œuvres singulières qui se répondent ».

Un dialogue d'œuvres artistiques

La galerie Magnin-A choisit de faire dialoguer des buildings de Bodys Isek Kingelez, les toiles historiques de Moké réalisées entre 1974 et 1986 et des œuvres récentes et inédites de Chéri Samba. « Le « Grand peintre Moké » influencé par la vie quotidienne, l'agitation et les bruits de la ville, développe une peinture dans laquelle les Kinois se retrouvent. La peinture de Chéri Samba décrit de façon ostentatoire les péripéties de sa vie d'artiste et ses réflexions sur le monde », indique la galerie.

Pour sa part, la galerie Natalie Seroussi, explique-t-on, fait un focus sur les buildings « utopiques et colorés » de Bodys Isek Kingelez. « Dans ses maquettes imaginaires, Kingelez projette l'image d'une Afrique moderne, prospère et forte. En utilisant le plus souvent des matériaux de récupération pour construire ses bâtiments, Kingelez rappelle aux Congolais qu'ils peuvent eux aussi être maîtres de leurs rêves. Réalisées entre 1990 et le début des années 2000, les sculptures présentées par Natalie Seroussi sont, elles aussi, exposées pour la première fois au public ».

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.