Congo-Kinshasa: Kisangani - Le MISS-RDC dénonce la répression de la manifestation des mouvements citoyens

Le Mouvement des indignés de la situation sécuritaire en République démocratique du Congo (MISS-RDC) condamne cette brutalité policière et appelle les autorités à respecter les prescrits de la Constitution et des lois qui garantissent la liberté de manifestation.

Ce mouvement s'est dit choqué par la « répression brutale », le 1er octobre 2020 à Kisangani, province de la Tshopo, de la manifestation des mouvements citoyens ainsi que des tortures sur les activistes desdits mouvements. Le Mouvement des Indignés condamne ce qu'il qualifie de « comportement d'une police de la honte ».

Ces manifestants, note-t-on, avaient battu le pavé pour réclamer l'application du rapport Mapping des Nations unies, établi il y a dix ans et qui est resté jusque-là lettre morte. A en croire le MISS-RDC, l'activiste Pale Shabani, fortement torturé, a été conduit aux urgences d'une formation médicale de la ville de Kisangani.

Ce mouvement dit attendre des autorités du pays, de la police et d'autres services de l'ordre, le respect des prescrits de la Constitution et des lois qui garantissent la liberté de manifestation.

Il est également rappelé qu'une conférence en ligne est organisée, ce même 1er octobre, depuis Paris, en France, sur le lancement de la campagne rapport Mapping. Cette activité à laquelle participe la coordonnatrice du Mouvement des indignés, Nicole Kavira, permet à ces derniers de briser le silence notamment sur ce rapport ainsi que sur l'insécurité qui règne dans la partie est de la RDC, en particulier et sur toute l'étendue du territoire congolais, en général.

Il est, par ailleurs, noté que cette marche de Kisangani a été organisée par la coordination provinciale de MISS-RDC ainsi que d'autres mouvements citoyens dont Lucha, qui ont précédemment tenu une conférence conjointe pour appeler à cette activité.

Pour le MISS-RDC et les co-organisateurs de cette marche qui signe le début de la campagne sur le rapport Mapping, en effet, la considération de ce rapport et la mise en œuvre de ses recommandations permettront d'identifier les auteurs de l'insécurité dans certaines parties de la RDC, de les poursuivre en justice en vue de les mettre hors d'état de nuire et de mettre ainsi fin à l'insécurité décriée tout en rassurant la population congolaise et d'autres nations dont les ressortissants veulent venir en RDC pour affaires, le tourisme ou encore pour y habiter.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.