Afrique: Covid-19 - L'ONU demande l'injection de 35 milliards de dollars

L'enveloppe permettra de développer des tests, des traitements et des vaccins sur une base équitable.

Le secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a réclamé, le 30 septembre, l'injection de 35 milliards de dollars dans l'Accélérateur ACT, le mécanisme mondial pour accélérer le développement et la production de diagnostics, de traitements, et de vaccins contre la Covid-19.

« Malgré des efforts extraordinaires pour contenir sa propagation, la pandémie de Covid-19 continue de ravager le monde, atteignant cette semaine le seuil de 1 million de vies perdues », a déclaré António Guterres lors d'un événement virtuel de haut niveau organisé par l'ONU en partenariat avec le Royaume-Uni et l'Afrique du Sud.

« Il est dans l'intérêt national et économique de chaque pays de travailler ensemble pour élargir massivement l'accès aux tests et aux traitements, et pour soutenir un vaccin en tant que bien public mondial, un vaccin disponible et abordable pour tous, partout », a ajouté le chef de l'ONU.

Le secrétaire général a souligné que l'Accélérateur ACT, qui a été lancé en avril, « est le seul mécanisme mondial doté d'un éventail complet de partenaires et d'outils pour vaincre la pandémie - avec des tests, des traitements et le plus grand portefeuille de vaccins au monde aux stades d'essai les plus avancés ».

Cette semaine, le mécanisme a annoncé la mise à disposition de 120 millions de tests rapides abordables et de haute qualité pour les pays à revenu faible ou intermédiaire.

Le chef de l'ONU a également noté que l'Accélérateur ACT est le seul moyen sûr et certain de rouvrir l'économie mondiale le plus rapidement possible. « Un effort national de vaccination dans une poignée de pays ne permettra pas d'ouvrir les portes de l'économie mondiale et de restaurer les moyens de subsistance », a-t-il dit.

Une injection immédiate de 15 milliards de dollars

S'agissant de la tarification, le secrétaire général de l'ONU a noté qu'avec autant de pays déjà impliqués, l'Accélérateur ACT peut tirer parti de son pouvoir de négociation pour obtenir les prix les plus bas pour des vaccins efficaces et des diagnostics rapides, et assurer un accès équitable à tous ceux qui en ont besoin.

Mais le mécanisme a besoin d'un soutien financier beaucoup plus important, a prévenu António Guterres. « Les trois milliards de dollars qu'il a reçus ont été critiques pour le démarrage. Nous devons maintenant développer ce mécanisme et garantir un impact maximal - et cela nécessite 35 milliards de dollars supplémentaires. Cela doit commencer par une injection immédiate de 15 milliards de dollars ». Et d'ajouter : « Il est temps pour les pays de puiser dans leurs propres programmes d'intervention et de relèvement ».

La pandémie coûte à l'économie mondiale 375 milliards de dollars par mois et 500 millions d'emplois depuis le déclenchement de la crise. Les pays développés ont consacré plusieurs milliers de milliards de dollars pour répondre aux impacts socio-économiques de la crise.

« Nous pouvons certainement investir une petite partie de cette somme pour arrêter la propagation de la maladie partout. J'appelle tous les pays et partenaires à intensifier considérablement leurs efforts au cours des trois prochains mois pour fournir des ressources nouvelles et supplémentaires indispensables, mobiliser tous les partenaires et obtenir le soutien de tout le monde à cette réponse mondiale pour y parvenir », a-t-il conclu.

Au cours de cette réunion de haut niveau, près d'un milliard de dollars de nouveaux financements ont été annoncés pour ce mécanisme qui a été lancé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la Commission européenne, la France et la Fondation Bill & Melinda Gates, a indiqué l'OMS dans un communiqué de presse.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.