Cameroun: Recrutements dans les établissements scolaires - Le marché est ouvert...

La période est propice au marchandage des places orchestré par des chefs d'établissements véreux avec la complicité de démarcheurs.

trouver un autre établissement ou aller monnayer dans son ancien lycée pour qu'on le reprenne. Dans les deux cas de figure, l'addition sera salée et je n'ai pas suffisamment d'argent pour l'inscrire dans un établissement privé ». Plainte de Justin M., parent d'élève, habitant à Douala II. Comme lui, plusieurs parents ont perdu le sommeil depuis quelques semaines. Entre les élèves renvoyés et ceux nouvellement arrivés dans la ville, la situation est la même à quelques différence près : il faut monnayer pour inscrite l'enfant au lycée ou au collège.

Une mauvaise pratique érigée en norme par nombre de chefs d'établissements de la capitale économique. Le montant est connu pour ce qui est de certains lycées : 50 000 F par élève à recruter. Une somme que le pauvre parent, déjà ruiné par l'achat des fournitures scolaires, doit débourser en sus des frais exigibles. Au cœur des transactions se trouvent les démarcheurs. A en croire une source ayant requis l'anonymat, ils sont chargés de dénicher les parents ayant des « cas » dans leur entourage. « Ils prennent l'argent et le dossier de recrutement chez ces parents et vont reverser chez le proviseur. Les démarcheurs perçoivent un pourcentage », renseigne notre source qui ajoute que ces pratiques justifieraient les bousculades observées lors des nominations des proviseurs. Chacun voulant être nommé dans un établissement à gros effectifs

Si pour la plupart des parents ces démarches illégales portent des fruits, pour d'autres, elles sont source de dépenses inutiles. En effet, certains démarcheurs ne sont rien d'autre que de purs arnaqueurs. Ils collectent de l'argent auprès des parents d'élèves en détresse et fondent dans la nature...

L'autre méthode de recrutement d'élèves est celle des lettres de recommandation. Elle s'appuie sur les personnalités influentes de la localité. Lors de la rentrée de 2019-2020, un réseau de fausses lettres de recommandation attribuées à la Dgsn et à un président de section d'un parti politique avait été démantelé par le proviseur du Lycée bilingue de Bobongo-Petit-Paris en présence d'un reporter de CT. En cette période de rentrée scolaire, les chefs d'établissement sont débordés par les sollicitations parfois intempestives de personnalités administratives, politiques, traditionnelles... Des pratiques qui pourraient s'accentuer dans un contexte de réduction des effectifs, imposée par la pandémie du Covid-19.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.