Ile Maurice: Selon Vinod Seegum, l'ethnicité constitue un critère de sélection des maîtres d'école

«La sélection des maîtres-d'école se fait sur plusieurs critères, dont l'ethnicité. En épluchant la liste, on sait comment cela se passe.» C'est ce qu'a affirmé, Vinod Seegum, président de la Government Teachers' Union (GTU) face à la presse à Port-Louis, ce jeudi 1er octobre.

Pour Vinod Seegum, «l'école d'aujourd'hui n'est plus la même qu'elle l'était 40 ans de cela. Le maître-d'école ne gère pas seulement l'école, mais aussi la communauté scolaire tout autour. Car, les parents sont devenus très exigeants. Et il est extrêmement difficile de remplir ces responsabilités sans expérience et des leadership skills. On voit cela dans plusieurs écoles déjà. Et là où il y a de jeunes maîtres-d'école, lekol pe fayir.»

Vinod Seegum déclare ainsi, avoir écrit au Premier ministre, Pravind Jugnauth, au sujet de la promotion des jeunes au poste de maître-d'école. «La lettre a été référée au ministère de l'Education. Il y a une grande frustration. Des jeunes comptant une dizaine d'années de service, et sans expérience à ce poste, sont promus, alors que ceux qui en comptent quatre décennies de métier sont en reste. Il faut rétablir la justice,» insiste-il.

Et de rappeler que jusqu'à septembre 1993, la Public Service Commission (PSC) procédait, par sélection, à la promotion au stade de maîtres-d'école. «C'était si scandaleux que le gouvernement d'alors, dirigé par sir Anerood Jugnauth, avait décidé de mettre fin à la pratique de sélection, mais d'implémenter le principe d'ancienneté. De 1983 à 2020, tout s'est bien passé, en ce sens. On fait appel au bon sens des autorités,» dit-il.

Par ailleurs, Vinod Seegum devait annoncer que 98% des 1 000 étudiants ayant pris part aux examens en vue d'octroyer un diplôme en educational management, ont réussi.«Les résultats devraient être rendus publics d'ici le 10 octobre prochain,» souligne-t-il.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.