Seychelles: L'industrie de la pêche veut plus de données pour s'assurer que les Seychellois ont toujours du poisson dans leurs assiettes

Des informations et des données complètes sur la pêche aux Seychelles profiteront à l'économie, à la gestion des stocks et au développement général du pays, a déclaré mercredi un haut responsable du gouvernement.

Ou comme l'a dit un autre responsable : quand il n'y aura plus de poisson dans l'assiette des gens, il sera trop tard pour recueillir des informations et agir.

L'Initiative pour la transparence des pêches (FiTI) a organisé mercredi un forum de lancement organisé conjointement par le ministère de l'Économie bleue et l'initiative.

Le leader de la FiTI aux Seychelles, Philippe Michaud, a déclaré qu'il était de plus en plus courant pour les pays qui importent du poisson de savoir non seulement d'où vient le poisson, mais aussi si le poisson a été correctement pêché si le stock est durable, et si d'autres aspects de cette industrie sont en ordre. Aux Seychelles, la pêche est le deuxième contributeur à l'économie après le tourisme.

"L'un des défis est qu'il n'y a pas beaucoup d'intérêt pour le secteur. En matière de tourisme, par exemple, il y a une grande quantité d'informations qui sont publiées et qui sont rendues disponibles. Cependant, avec la pêche, même s'il y a beaucoup d'informations là dehors, ce n'est pas facile pour une personne ordinaire de comprendre », a déclaré M. Michaud.

La FiTI est un partenariat mondial multipartite où les gouvernements, les entreprises et la société civile collaborent. Il vise à accroître la transparence et la participation au profit d'une gestion plus durable des pêcheries marines et du bien-être des citoyens et des entreprises qui dépendent du milieu marin.

Le but du forum était de stimuler les débats sur la manière dont les informations sur la pêche sont fournies au public et de sensibiliser davantage l'importance de la pêche aux Seychelles, un archipel de l'océan Indien occidental.

Le forum a également été organisé pour ouvrir la voie à la présentation d'un rapport que les Seychelles doivent soumettre à l'initiative sur la transparence des pêcheries du pays. Le rapport sera lancé lors du deuxième atelier d'une journée - prévu pour la fin de l'année - où les résultats seront présentés et discutés.

Le directeur exécutif du Secrétariat international de la FiTI, Sven Biermann, a déclaré qu'il y avait un grand besoin d'éduquer les gens sur l'importance de la transparence dans ce secteur.

"Je pense que le sentiment d'urgence n'est pas encore là parce qu'il y a encore du poisson dans nos assiettes, les gens continuent de pêcher, pratiquant la pêche sportive entre autres. Pourtant, nous avons vu de notre collègue de la FAO que les stocks de poissons diminuent, " il a dit.

M. Biermann a ajouté que "nous devons créer l'urgence sur cet aspect particulier parce que s'il n'y a plus de poisson dans les assiettes, il est trop tard pour réagir. Nous devons créer la demande et que le public comprenne mieux comment ce secteur aux Seychelles se porte et est géré. "

Sans transparence dans aucun secteur, pas seulement dans le secteur de la pêche, on ne sait pas si le gouvernement chargé de gérer ce secteur particulier fait un bon travail, a déclaré Biermann.

"Le grand public doit avoir une compréhension plus large de la façon dont le secteur est géré car il a un impact sur toutes les personnes vivant aux Seychelles, non seulement d'un point de vue commercial ou économique, mais aussi des emplois, des moyens de subsistance et de la culture, entre autres" il a dit.

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.