Ethiopie: Tensions croissantes entre l'État de Tigré et les autorités fédérales

Le logo du Bureau de la Commission électorale de l'État de Tigré

Lundi, la région du Tigré arrêtera d'appliquer les nouvelles lois votées au niveau fédéral. Le Tigré a tenu début septembre ses propres élections régionales, sans l'accord d'Addis-Abeba, considérant être les seuls à avoir suivi la Constitution. La menace de désobéissance est un pas de plus vers une fracture.

Ce lundi 5 octobre, le mandat des parlementaires fédéraux est terminé. C'est la position des autorités tigréennes. Elles estiment que la Constitution n'est pas respectée. Il est en effet prévu que des élections législatives, nationales et régionales, se tiennent avant la fin du mandat des élus qui dure cinq ans. Ces cinq ans se terminent ce lundi. Ce qui fait dire, en substance, aux dirigeants du Tigré : « Les lois, les directives venues d'Addis à partir du 5 octobre. Nous ne les appliquerons pas ».

Crainte d'un conflit armé

Les autorités fédérales répliquent. Le chef d'état-major de l'armée avait prévenu il y a quelques jours qu'il pourrait « être obligé d'utiliser la force contre ceux qui violent la constitution ». Ce que n'a pas exclu le président de la chambre haute du parlement, vendredi 2 octobre.

À Addis-Abeba, on considère en effet que le report des élections générales a été fait dans les règles constitutionnelles prévues. On estime donc que le mandat des élus est toujours valable mais aussi que l'élection récente au Tigré est « nulle et non avenue ».

Bref, les parties campent sur leurs positions. Au point que certains observateurs redoutent que la situation puisse dégénérer jusqu'au conflit armé.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.