Guinée Bissau: Le mauvais état des routes indigne

La Guinée-Bissau compte moins de 200 km de routes bitumées et plus de 80% de ces insfrastructures se trouvent dans un état de dégradation très avancé selon le Ministre de l'Urbanisme et des Infrastructures Fidel Forbes.

Le ministre qui promet que d'ici 2023 plus de 1500 km de routes seront construites. Hier, il a inauguré un tronçon de 4 km dans la capitale Bissau, point de depart d'un grand chantier de refection.

A son accession à l'indépendance en 1974, la Guinée Bissau ne comptait qu'une centaine de kilomètres de route bitumée. Quarante-sept ans après, la situation n'a pas trop évolué.

Le pays compte moins de 200 kilomètres d'espace et plus de 80 % de ses routes sont dans un état dégradation avancé. C'est le constat amer que fait le nouveau ministre de l'Urbanisme et des Infrastructures, Fidel Forbes.

« Nous avons 83% de routes dans un état de dégradation avancé, 17 sont encore acceptables. L'idée est de renverser cette tendance pour avoir d'ici 2023 83% de bonnes routes »

Les fortes pluies qui se sont abattues sur le pays cette année et l'absence de projets de réhabilitation des routes sont autant de facteurs qui ont contribué à cette situation.

Du coup, rallier la capitale Bissau à partir de la plupart des villes du pays est devenu un véritable parcours du combattant pour les transporteurs. Dibi est chauffeur de bus. Son véhicule vient de s'embourber, interrompant, du coup, le trafic sur l'axe Gabu-Bissau.

Par solidarité, d'autres transporteurs sont venus l'aider à sortir du bourbier. A peine remonté dasn son véhicule, il livre sa colère : « nous passons de véritables sacrifices sur ces routes.

Parfois nous n'arrivons pas à notre destination à cause de l'Etat de la route. Et pourtant nous payons des taxes. Où passe alors cet argent ? »

les transporteurs se plaignent de payer des taxes exorbitantes ; de l'argent très souvent détourné.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.