Congo-Kinshasa: Zoom sur l'état d'avancement des travaux de construction des sauts-de-mouton

Démarrés depuis le 2 mars 2019 dernier, les différents travaux de construction des sauts-de-mouton dans la Ville-Province de Kinshasa évoluent mais au rythme d'une poule mouillée.

Au total, il y a sept œuvres à présenter à l'issue de ces différents travaux. Après une descente sur terrain, il y a lieu de constater que trois œuvres seulement sont prêtes à être lancées notamment, le site de De bonhomme où tout est déjà fait, il ne reste que l'inauguration.

«Nous voulons à ce que l'opérationnalité de ce bijou se fasse de plus vite que possible, question de réduire l'ampleur de ces embouteillages monstres », a déclaré un usager de la route De bonhomme rencontré sur place.

Même constat aux travaux de Kinsuka/Pompage et du Rond-point Mandela où les sauts-de-mouton ont été partiellement ouverts à la grande satisfaction de la population alors qu'au niveau du Socimat, les experts parlent déjà des travaux de finition.

Par contre, dans le registre des œuvres jusque-là en cours, les travaux se trouvant sur l'avenue de la libération avancent à l'allure d'un footballeur blessé sur la pelouse.

Sans compter ceux de Pascal ou encore à quelques mètres de là, sur l'arrêt Bitabe, où jusqu'à présent, les travaux de construction se poursuivent mais, à pas de tortue.

A en croire quelques habitants, cette manière d'évoluer perturbe encore plus la circulation.

Sauts-de-mouton : remède efficace pour les embouteillages ?

Visiblement, selon les autorités du pays, la construction de ces différents sauts-de-mouton vise notamment, l'éradication systématique des embouteillages monstres auxquels les kinois sont généralement confrontés.

Une grande interrogation reste est celle savoir si Kinshasa avait vraiment besoin de de ces couteux sauts-de-mouton pour conjurer la problématique de ses éternels embouteillages ?

Un chauffeur, contacté sur terrain, y répond par l'affirmative. Mais, il estime que cela est insuffisant. A son avis, les travaux de réhabilitation des routes devaient également accompagner.

«Nous sommes contents de ce genre d'initiative. Merci donc au Chef de l'Etat. Néanmoins, il faut dire que la capitale a aussi besoin d'être réhabilitée sur certaines parties pour éradiquer complètement ce phénomène », a-t-il insisté.

«De bonnes routes ne sont pas si nombreuses. Du coup, tout le monde évite les routes qui se trouvent dans de mauvais état pour rechercher les quelques rares bonnes artères se trouvant, peut-être, juste à côté. Conséquence, c'est la création des engouements. D'où, les autorités doivent également se pencher sur ce point-là», a-t-il déclaré, par ailleurs.

Sur ce même sujet, d'après un client interrogé à bord d'un taxi-bus et qui, lui, salue également cette initiative, il faut que les conducteurs soient sensibilisés en matière de stationnement. Un lavage des cerveaux en matière de code de la route permettrait aussi de faire d'une pierre, deux coups.

«Les embouteillages ne cesseront pas, si nos conducteurs n'abandonnent pas les habitudes de mauvais stationnements. Ils doivent savoir bien se positionner sur les artères. Bien plus, ils sont appelés à respecter scrupuleusement le code de la route. Ainsi, les sauts-de-mouton ne constituent-ils, qu'une affaire complémentaire », a-t-il recommandé.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X