Cameroun: Déplacés internes et ex-combattants - La reconstitution des documents en discussions

Le sujet était au centre de la concertation présidée vendredi dernier à l'auditorium de ses Services par le Premier ministre, chef du gouvernement, Joseph Dion Ngute.

En raison de l'insécurité qui prévaut dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest à cause des actions des éléments sécessionnistes et dans celle de l'Extrême-Nord en proie aux exactions de la secte terroriste Boko Haram, de nombreuses personnes se sont retrouvées en posture de déplacées internes. En quittant leur lieu de résidence pour fuir l'insécurité, certaines de ces personnes ont tout perdu, dont leurs documents officiels : actes de naissance, diplômes, passeports...

Il est question aujourd'hui de procéder à leur réintégration dans la vie active en procédant à la reconstitution de leurs documents personnels. C'est le sens de la concertation présidée vendredi dernier dans l'auditorium de ses Services par le Premier ministre, chef du gouvernement. Autour de Joseph Dion Ngute, de nombreux membres du gouvernement, le coordonnateur du Comité national de désarmement, de démobilisation et de réintégration (Cnddr), Francis Faï Yengo, de celui du Plan présidentiel de reconstruction et de développement du Nord-Ouest et du Sud-Ouest (Pprd/No-So), Paul Tasong, le directeur général de la Recherche extérieure, Léopold Maxime Eko Eko, le secrétaire général de la délégation générale à la Sûreté nationale, Dominique Baya, représentant le Dgsn.

En ouvrant les travaux, le Premier ministre, chef du gouvernement a rappelé que ces personnes sont aujourd'hui victimes des exactions commises par des groupes terroristes dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest et les adeptes de la secte terroriste Boko Haram dans la région de l'Extrême-Nord. « En plus de la destruction de leurs biens, plusieurs d'entre eux ont perdu des documents officiels et éprouvent d'énormes difficultés à retrouver une vie sociale normale », a souligné le chef du gouvernement.

Ainsi donc, sans documents d'état-civil, ces personnes ne peuvent prétendre à une carte nationale d'identité, un passeport ou alors postuler à un concours administratif. « Bien plus, sans diplôme, il leur est difficile de justifier des qualifications professionnelles dont ils peuvent se prévaloir et trouver un emploi salarié ». Les différents échanges ont permis de trouver les voies et moyens pour permettre à ces personnes de pouvoir disposer rapidement de ces documents.

Dans sa communication de circonstance, le ministre d'Etat, ministre de la Justice, garde des Sceaux, Laurent Esso a souligné que la reconstitution des actes d'état civil peut se faire par voie judiciaire ou par voie administrative. Non sans rappeler les délais légaux nécessaires pour chaque voie choisie. Les différents responsables présents à la rencontre ont indiqué les mécanismes à mettre en œuvre en vue de faciliter la reconstitution desdits documents. Toutefois, le ministre d'Etat Laurent Esso n'a pas manqué de rappeler que dans ce processus, il est également question de la protection de la nationalité camerounaise. De nombreux étrangers pouvant profiter de cette situation pour s'infiltrer dans le processus.

A la fin des travaux, le Premier ministre, chef du gouvernement a souligné que la réflexion va se poursuivre dans le cadre d'une commission qui aura 21 jours pour remettre ses conclusions et permettre aux différentes administrations concernées de proposer les voies et moyens qui vont permettre aux autorités publiques de faciliter la réinsertion complète des personnes aujourd'hui en difficultés.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.