Mali: L'opposant Soumaïla Cissé bientôt libéré ?

URD
Le candidat à l’élection présidentielle, Soumaïla Cissé, à Bamako devant près de 50 000 personnes

180 djihadistes ont été libérés le week-end derniers. Pour les observateurs, cette libération serait un signe annonciateur de la libération de l'opposant malien.

Au moins 180 djihadistes et prisonniers ont été libérés au cours de ce premier week-end d'octobre au Mali. Des libérations d'une telle ampleur sont très rares dans le pays. Ces prisonniers, présumés djihadistes, avaient été arrêtés lors de plusieurs opérations militaires. Selon des sources concordantes, leur libération préfigure la libération d'otages comme la Française Sophie Pétronin, retenue depuis 2016. Autre libération évoquée, celle de Soumaïla Cissé, leader de l'Union pour la république et la démocratie (URD). Le chef de la coordination de ce parti à Tombouctou, Yehia Tendina, affirme que ces prisonniers libérés sont une monnaie d'échange.

Sophie Pétronin, 75 ans, avait été enlevée le 24 décembre 2016 par des hommes armés à Gao, où elle dirigeait depuis des années une organisation d'aide à l'enfance. Soumaïla Cissé, 70 ans, ancien chef de l'opposition parlementaire a quant à lui été kidnappé le 25 mars, alors qu'il était en campagne législative dans la région de Tombouctou.

Soumaïla Cissé contre des djihadistes ?

Selon Yehia Tendina, "le GSIM a fait un communiqué ce matin (5 octobre,ndlr) vers 9 heures pour annoncer qu'effectivement ils ont reçu leur deux cents et six prisonniers. Il y a des prisonniers de droit commun comme des présumés djihadistes aussi qui ont été libérés. Et pour la plupart ce sont des Touareg et des Arabes."

Ce membre du parti présidé par l'opposant malien ajoute que "eux-mêmes [Touareg et des Arabes] ont reconnu que c'est en échange avec Soumaïla Cissé".

Ces libérations ont eu lieu dans le secteur de Niono, dans le Centre, et dans le Nord du Mali, dans la localité de Tessalit située dans la région de Kidal, frontalière de l'Algérie. L'information s'est très vite répandue sur les réseaux sociaux et de nombreuses rumeurs parlent déjà de la libération de Soumaila Cissé.

Mais Yehia Tendina affirme que Soumaila Cissé n'est pas encore libéré. "Ce n'est pas effectif d'abord", insiste ce proche du leader de l'opposition malienne. "Maintenant il y a deux possibilités : soit on libère Soumaïla Cissé àTessalit soit à Tombouctou. De deux cas, pour le moment l'armée malienne est allée avec des prisonniers. Il faut dans un premier temps que ces prisonniers soient isolés avant qu'on ne remette Soumaïla Cissé".

Entorse à la lutte contre le terrorisme

Beaucoup d'observateurs se demandent si la France est impliquée dans cette tentative. Pour l'analyste et écrivain Seidik Abba, la libération de présumés djihadistes est une entorse à la lutte contre le terrorisme. "Chaque fois qu'on va libérer des djihadistes, il y aura chez les mouvements, la tentation de prendre d'autres otages pour obtenir la libération. C'est en cela que la stratégie a beaucoup de limites et peut être contreproductive dans le cadre de la lutte contre le terrorisme dans cette région-là." M. Abba est "convaincu que cette opération a pu se faire avec l'accord de Paris, même si la France n'est pas à l'origine de l'initiative".

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X