Mali: Plus d'une centaine de jihadistes libérés

URD
Le candidat à l’élection présidentielle, Soumaïla Cissé, à Bamako devant près de 50 000 personnes

Cette décision des autorités vise à obtenir en retour la libération d'otages au Sahel dont l'ancien leader de l'opposition, Soumaïla Cissé, et l'humanitaire française Sophie Pétronin.

Les autorités de transition au Mali seraient-elles engagées dans une logique d'apaisement avec les mouvements jihadistes qui contrôlent le nord du pays ? La question vaut la chandelle suite à la libération de plus d'une centaine de membres de ces groupes arrêtés. Les prisonniers relaxés ont été convoyés par un avion affrété par l'armée dans le secteur de Niono au centre et dans la région de Tessalit au nord du pays.

Des sources sécuritaires indiquent que des négociations seraient en cours entre le gouvernement de Bamako et ces mouvements intégristes en vue de la libération d'otages dont Soumaïla Cissé et Sophie Pétronin.

L'ancien chef de file de l'opposition malienne avait été enlevé le 25 mars dernier alors qu'il était en campagne pour les élections législatives dans la région de Tombouctou. Bien que l'enlèvement d'une personnalité de cette stature n'ait jamais été revendiqué par un groupe armé, des soupçons pèsent toujours sur le groupe terroriste d'Amadou Koufa, actif dans le centre du Mali et affilié à la nébuleuse terroriste Al-Qaïda.

Humanitaire française, Sophie Pétronin a quant à elle été kidnappée le 24 décembre 2016 par des hommes armés à Gao, toujours au nord du Mali. Fondatrice de l'ONG « Association d'aide à Gao », elle œuvre depuis plusieurs années dans le domaine de l'aide à l'enfance dans le nord du Mali. Sa dernière apparition remonte à mi-juin 2018.

Dans une vidéo, le visage émacié et l'air fatigué, elle invitait alors le président Emmanuel Macron à la faire libérer. En novembre de la même année, ses ravisseurs étaient apparus dans une autre vidéo affirmant que l'état de santé de l'otage s'était considérablement dégradé. De l'avis de certains observateurs, ces libérations seraient le fruit d'un accord conclu en septembre dernier avec les jihadistes lors des concertations organisées par la junte au pouvoir au Bamako.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X