Seychelles: 50 hôtels aux Seychelles accueillent les visiteurs arrivant de 7 pays à statut spécial

Environ 50 établissements hôteliers aux Seychelles accueillent des visiteurs arrivant de sept pays à statut spécial depuis le 1er octobre afin de réduire le nombre d'annulations de réservations en provenance des principaux marchés touristiques de la nation insulaires.

Les visiteurs des pays à statut spécial - Italie, France, Allemagne, Royaume-Uni, Suisse, Autriche et Emirats arabes unis (EAU) - seront autorisés aux Seychelles même si la situation du COVID-19 sur ces marchés touristiques ne cesse de changer.

Le ministre du Tourisme, Didier Dogley, a déclaré mardi aux journalistes que les visiteurs des pays à statut spécial devront produire un test PCR négatif 48 heures avant le voyage, contre 72 heures pour les pays autorisés.

Il s'est exprimé après un sixième forum de haut niveau chargé de la mise en œuvre du Cadre national intégré pour l'ouverture des Seychelles aux vols commerciaux.

"Ils devront séjourner dans les hôtels de catégorie 2 à leur arrivée et y rester pendant cinq jours. Pendant les cinq premiers jours, ils ne seront pas autorisés à quitter l'hôtel. Ils devront rester à l'intérieur de l'établissement et seront surveillés par le personnel de l'hôtel. Le cinquième jour, ils feront un deuxième test PCR. Si le test est négatif, ils pourront quitter l'enceinte de l'hôtel ", a déclaré M. Dogley.

Un hôtel de catégorie 2 est un établissement touristique agréé qui a suivi une formation complémentaire afin de pouvoir accueillir des touristes de pays à haut risque bénéficiant d'un statut particulier.

À l'heure actuelle, la France, le Royaume-Uni et les Émirats arabes unis sont considérés comme des pays à haut risque. Un hôtel peut être certifié à la fois en catégorie 1 qui accueille des clients des pays à faible risque et en catégorie 2 pour les pays à haut risque.

Sybil Cardon, présidente de l'Association de l'hôtellerie et du tourisme des Seychelles et propriétaire d'un hôtel, a déclaré que les hôtels doivent veiller à ce que ce qui doit être mis en œuvre pour la catégorie 1 le soit pour la catégorie 2.

"Cela signifie qu'un client venant d'un pays à haut risque peut se rendre au restaurant d'un établissement mais il ne se mêle pas aux autres. Une partie du restaurant est dédiée à ces touristes", a-t-elle précisé.

Mme. Cardon a ajouté que lors du nettoyage des chambres, les femmes de chambre devront porter des gants et des masques et que le lavage des vêtements, des draps et des serviettes se fait dans une machine à laver séparée.

"Il n'y a pas de frais supplémentaires, cependant, vous devez suivre les protocoles qui ont été mis en place, et il en va de même pour le personnel. Avoir un touriste venu d'un pays à haut risque ne signifie pas nécessairement qu'il est positif pour le COVID. -19 », dit-elle.

"Les critères sont fixés par les autorités sanitaires et ce sont eux qui évaluent quels pays figurent sur les listes. S'ils voient que la situation dans un pays donné est trop alarmante, ils retireront ce pays des listes. Nous devons suivre les orientations définies par le ministère de la Santé ", a déclaré M. Dogley.

Il a ajouté que "quand on regarde la démographie des personnes infectées en Europe, ce sont surtout les jeunes parce que ce sont eux qui prennent le plus de risques. La plupart des touristes qui viennent aux Seychelles sont des gens qui ont de l'argent et ne vont pas au rassemblement des jeunes. "

Le ministre a ajouté qu'à l'heure actuelle, quatre compagnies aériennes internationales - Emirates, Ethiopian Airlines, Edelweiss et Kenya Airways - desservent les Seychelles. British Airways devrait commencer à voler vers la nation insulaire de l'océan Indien occidental le 10 octobre, ouvrant davantage les Seychelles à l'Europe.

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.