Cameroun: Difficile gestion des tout-petits

Pleurs, grimaces, chouchous... Le premier jour à la maternelle n'a pas été facile hier.

C'est le début d'une longue aventure qui s'annonce pour ce premier jour de rentrée scolaire chez les tout-petits de la maternelle. Il est à peine 9h à l'école maternelle publique de Bastos, pourtant, les enfants veulent déjà rentrer à la maison. « Je veux aller chez mama », « Je veux voir mama » ... , Les pleurs et gémissements fusent de partout, et les maîtresses usent de tous les moyens pour retenir et calmer les enfants. « Les premiers jours ne sont pas du tout faciles.

Il faut même une semaine pour qu'ils s'habituent avec leur nouvel environnement », explique Claudine Evina, maîtresse. La petite section, est une véritable chouinerie. Difficile gestion des tout-petits, les cris sont devenus un phénomène contagieux. Avec ou sans raison, ils pleurent. A l'école maternelle publique de Tsinga, dans les petites et moyennes sections surtout, l'ambiance est pareille. Par ailleurs, d'aucuns s'aventurent même à prendre la direction de sortie, espérant rentrer à la maison. A l'école maternelle Saint Joseph de Mvolyé, toutes les portes sont verrouillées pour éviter qu'un enfant ne s'hasarde à sortir de l'établissement. Les maîtresses, souvent deux à trois par salle, essayent de calmer les uns et les autres. « On se comportent aussi comme les enfants. Nous sommes un peu comme des clowns pour amuser les enfants, afin qu'ils soient déstressés », indique Zouliatou Youmo, institutrice.

La rentrée scolaire de cette année se tient dans un contexte marqué par la pandémie du Covid-19. Les tout-petits doivent ainsi être à l'abri de toute contamination. S'ils ne peuvent pas porter les cache-nez au risque de s'étouffer, le lavage régulier des mains est respecté. A l'école maternelle franco-arabe Al Haramain du Complexe islamique de Tsinga, les points d'eau ont été prioritairement multipliés pour les classes de maternelle.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.