Afrique du Sud: Dix ans de prison pour un banquier sud-africain dans l'affaire VBS

VBS Bank logo.

Le responsable de la banque sud-africaine VBS a été condamné à 10 ans de prison. Il est accusé d'avoir pillé les économies des plus pauvres. Il s'agit d'un des plus grands scandales de corruption en Afrique du Sud.

Ce mercredi, l'ancien directeur financier, Philip Truter, a été le premier a été condamné dans l'affaire VBS. La VBS Mutual Bank était surnommée la « banque des pauvres ». Fondée au plus fort de l'apartheid en 1982 dans le Venda, un ancien bantoustan de l'extrême nord du pays réservé par les autorités blanches aux communautés noires, la banque abritait l'argent d'épargnants les plus modestes.

Épargnes pillées par ses dirigeants

Il y a deux ans, elle s'est effondrée. Ses caisses étaient vides, pillées par ses dirigeants. Ce qui a provoqué un énorme scandale de corruption.

À l'époque, le président Cyril Ramaphosa, tout juste élu, avait promis de poursuivre les responsables de ce pillage. Au total, ce sont 53 dirigeants et politiciens accusés d'avoir volé près de 102 millions d'euros.

La condamnation de Philip Truter, ancien directeur financier, est la première de ce procès. Il avait plaidé coupable de fraude, corruption, blanchiment et extorsion. Celui-ci a négocié une réduction de peine en échange de sa collaboration avec la justice. Cela laisse donc présager d'autres condamnations, notamment dans les rangs de l'ANC, le parti au pouvoir.

La VBS est aussi connue pour avoir accordé un prêt avantageux à l'ex-président Jacob Zuma accusé d'abus de biens publics.

A La Une: Banques et Assurances

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.