Cote d'Ivoire: Meeting du samedi 10 octobre au stade FHB / Pr Maurice Kakou Guikahué - « Nous allons prendre nos responsabilités pour appeler le dialogue »

document

Hier, dans une déclaration, à la Maison du parti à Cocody, Pr Maurice Kakou Guikahué, secrétaire exécutif en chef du Pdci-Rda, a rassuré l'opposition et les populations, quant à la tenue effective du meeting au Stade Félix Houphouët-Boigny.

Il demande à tous de braver la peur et les intimidations pour faire montre d'une mobilisation extraordinaire, car il s'agit de la libération de la Côte d'Ivoire des griffes du régime.

Mesdames et messieurs les membres des plateformes des partis politiques de l'opposition; Ivoiriens, Ivoiriennes, épris de paix, je vous rappelle que le samedi prochain, le samedi 10 octobre 2020, il y aura un grand meeting des partis politiques de l'opposition, au stade Félix Houphouët-Boigny.

Le stade nous a été accordé. Et nous avons pris le pari de le remplir sans podium. Les intervenants le feront à partir de la tribune officielle.

Toute l'aire de jeu doit être pleine de monde. Et cette aire, c'est-à-dire la partie qui sert à jouer, ne sera réservée qu'aux jeunes. Les jeunes dont l'avenir est en jeu.

Pourquoi ce meeting ? Nous voulons faire une démonstration de force. Nous parlons assez dans nos maisons. Nous ne sommes pas contents.

Le président de la République, Alassane Ouattara, après avoir réuni le Congrès de la Côte d'Ivoire, qui est constitutionnel, c'est-à-dire les députés élus par la nation, les sénateurs élus par les membres des conseils municipaux et régionaux, votre représentation, le 5 mars. Il a dit qu'il n'était pas candidat.

Le 6 août de la même année, il dit qu'il est candidat. Sa candidature est illégale, anticonstitutionnelle. Donc, comme dans un village, quand il y a des choses qu'on ne fait pas, si quelqu'un le fait, on lui dit Non.

Donc nous organisons ce meeting pour dire non au président Alassane Ouattara, pas de 3e mandat.

Il a eu 2 mandats comme disposent nos constitutions, celle de 2000 et celle de 2016. Donc il faut que le Président Ouattara se retire pour qu'il y ait la paix en Côte d'Ivoire.

Il a vu que les populations sont descendues spontanément dans les rues. Il y a eu 30 morts. C'est trop, on n'en veut pas, on veut la paix.

Deuxièmement, les Présidents Laurent Gbagbo et Soro Guillaume ont été anormalement retirés de la liste électorale. La Cour Africaine des Droits de l'Homme et des Peuples demande qu'on les réintègre.

Tous ceux qui veulent que Gbagbo et Soro reviennent sur la liste électorale et que leurs candidatures soient acceptées, que tous ceux-là viennent au stade.

La Commission Electorale Indépendante, il n'y a que des gens du RHDP la dedans, tous les partis de l'opposition ne participent plus. Ce n'est plus une Commission électorale indépendante, donc cette commission ne peut plus organiser des élections parce qu'elle est tombée, elle est morte.

Donc, la commission qui organise les élections, si elle n'existe pas, il n'y a pas d'élections.

Venez donc nombreux au stade pour exiger qu'on réforme la Commission Electorale Indépendante. Tous ceux, en Côte d'Ivoire, qui veulent que Gbagbo revienne rapidement, qui veulent que Soro revienne, Blé Goudé revienne, Akossi Bendjo revienne, venez au stade Félix Houphouët-Boigny.

Vous avez vu, les missions de la CEDEAO, de l'UA, de l'ONU et du Conseil de l'entente sont passées en Côte d'Ivoire. Elles nous ont écoutés. Elles ont dit qu'il faut le dialogue.

Oui, il faut le dialogue. Mais, nous-mêmes, nous allons prendre nos responsabilités pour appeler ce dialogue. Les partis de l'opposition réclament un médiateur et un facilitateur pour nous faire asseoir, parce que la Côte d'Ivoire est un pays de dialogue.

Si nous sommes Houphouetistes, nous devons accepter de nous asseoir. Depuis 10 ans qu'Alassane Ouattara est président de la République, il n'a jamais rencontré son opposition. Il refuse le dialogue, donc un médiateur est demandé pour faire ce dialogue.

Mais pour encourager les gens, pour qu'ils regardent la Côte d'Ivoire, vous avez vu le ballet diplomatique, les gens de l'Union européenne, de la CEDEAO, de l'UA et de l'ONU qui viennent pour dire que la Côte d'Ivoire est un pays important, il faut que le peuple s'exprime.

Est-ce que nous qui ne voulons pas du 3e mandat du Président Alassane Ouattara, est-ce que nous sommes nombreux en Côte d'Ivoire ? Oui!

Nous avons pris le plus grand stade d'Abidjan, on a fait notre demande du stade Félix Houphouët-Boigny, venez donc au stade Félix Houphouët-Boigny. Venez de partout et d'Abidjan.

Pour les anciens, dites à vos jeunes ce qui s'est passé quand le président Houphouët-Boigny a convoqué les gens au stade Geo André. Ils sont venus de partout. Ils étaient à bicyclettes, dans des remorques, dans des cars partout.

Prenez tous les moyens de transport et venez au stade Félix Houphouët-Boigny. Ce sera bon pour le président Ouattara lui-même. Peut-être qu'on est en train de lui mentir, parce qu'il est président, il est loin de la population, on est en train de lui mentir que ceux qui ne sont pas d'accord ne sont pas nombreux.

Venons lui montrer que nous sommes nombreux.

Vous voyez, ils avaient dit que 1,8 million nouvelles personnes avaient été inscrites sur la liste électorale, quand on a vérifié, c'était juste 900.

Donc ça veut dire qu'on lui donne des informations qui ne sont pas justes. Donc pour lui-même, il faut qu'on soit nombreux pour dire au président qui est notre président, il faut retirer votre candidature.

Cela s'est déjà passé en Côte d'Ivoire. La désobéissance civile n'est pas nouvelle. Dans les années 60, Houphouët-Boigny, au sommet de sa gloire, dans le parti unique, a voulu la double nationalité entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso (Ndlr, ex-Haute Volta), la population s'est soulevée pour dire Non. Houphouët a reculé.

Donc si vous voulez que Ouattara recule, venez remplir le stade Houphouët-Boigny. Regroupez-vous, tous les cadres, tous les jeunes, vous qui bavardez dans les maisons et qui dites qu'on ne voit pas les actions. Le premier acte, remplissons le stade Houphouët-Boigny.

N'ayez pas peur. La sécurité sera garantie. S'il y a des microbes, nous avons les antibiotiques.

Je vous remercie.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Le Nouveau Réveil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.