Sénégal: Etude sur l'emploi - 97% des candidats prêts à s'expatrier selon Fed Africa

Fed Africa, cabinet dédié au recrutement multisectoriel des fonctions Top et Middle Management sur le continent africain, présent à Paris et à Abidjan, publie sa première étude consacrée à la mobilité.

Cette enquête a été réalisée auprès de 761 candidats en poste ou en recherche active d'emploi entre février et avril 2020.

L'étude interroge aussi bien les candidats à l'expatriation (69 % du panel) que ceux qui sont déjà expatriés (31 % du panel).

Qu'est-ce qui les motive ou les a motivé pour partir ? Comment ont-ils trouvé leur emploi ? Quel est leur besoin en matière d'accompagnement ?

«Parmi les candidats locaux ou issus de la diaspora, la quasi-totalité (97 %) indique être prête à changer de pays pour une opportunité professionnelle.

Très attractive sur un CV et demandée par de plus en plus d'entreprises, l'expérience internationale est une étape de carrière qui semble de plus en plus se normaliser.

Pour près de deux candidats sur trois (64 %), la rémunération est la première raison qui peut faire envisager une mobilité internationale », lit-on dans l'étude.

Viennent ensuite l'adéquation avec un projet professionnel (51 %) ; l'intérêt des missions (50 %) et les avantages proposés par l'entreprise (46 %).

«La mobilité des talents en Afrique participe activement au dynamisme du continent. La mobilité transcontinentale des candidats reste extrêmement forte et le souhait des candidats en dehors du continent africain qui ambitionnent d'y poursuivre leur carrière poursuit son chemin. L'Afrique est et reste attractive.», explique Deffa Ka, manager Fed Africa.

«La Côte d'Ivoire, dynamique et en pleine mutation, continue d'attirer des talents tant pour des projets entrepreneuriaux (avec des idées toujours plus innovantes) que pour des postes dans des multinationales et compagnies panafricaines.

La diaspora est un facteur particulièrement indispensable pour la croissance du pays_. », ajoute Maymouna Mauvois, manager Fed Africa CI.

Les raisons pour lesquelles ils ont passé le cap sont assez proches de celles des candidats à l'expatriation, sauf pour la rémunération.

En tête de leur critères, l'intérêt des missions pour plus d'un candidat sur deux (56 %), puis viennent l'adéquation avec un projet professionnel (48 %) ; la rémunération n'arrive qu'au 3ème plan (35 %). On apprend aussi qu'un tiers des expatriés (33 %) a trouvé un poste par cooptation et 29 % par un cabinet de recrutement.

Plus de: Lejecos.com

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.