Maroc: L'UNOCT élit domicile au Maroc

L'établissement au Maroc d'un Bureau du programme pour la lutte contre le terrorisme et la formation en Afrique de l'UNOCT intervient comme une "étape naturelle" dans le renforcement de la capacité antiterroriste du Maroc en Afrique, a affirmé mardi le Secrétaire général adjoint des Nations unies à la lutte contre le terrorisme Vladimir Voronkov.

C'est également un "événement historique" et un pas "logique" en avant vu le "leadership" du Maroc dans la lutte antiterroriste des Nations unies, a-t-il souligné lors de la signature, en visioconférence, d'un accord de siège pour l'établissement au Maroc du Bureau du programme pour la lutte contre le terrorisme et la formation en Afrique relevant de l'UNOCT. L'accord a été signé, côté marocain, par le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger, Nasser Bourita. En effet, il ne s'agit pas de l'établissement d'une présence sur le terrain, mais plutôt d'une "extension au Maroc" du bureau onusien de lutte contre le terrorisme, a souligné Vladimir Voronkov, qui s'est dit convaincu que cet "exemple servira d'encouragement à beaucoup de pays dans les années à venir".

Le bureau, premier de son genre en Afrique, offrira des formations sur la lutte antiterroriste, le maintien de l'ordre, la gestion de la sécurité aux frontières, la prévention de la présence de radicaux, et les droits de l'Homme dans la lutte contre le terrorisme, a précisé le responsable onusien. Vladimir Voronkov voit en ce nouveau centre une structure "très innovante" qui aidera les pays voisins et les pays du continent africain à se mettre à niveau et à rendre plus efficaces leurs activités de lutte contre le terrorisme. Le bureau sera également chargé de la coordination des activités antiterroristes dans cette région, a-t-il noté en faisant remarquer l'importance géographique de l'Afrique subsaharienne, qui constitue aussi une "source de préoccupation en raison de la propagation très rapide du terrorisme".

Pour couper court à cette évolution, a-t-il souligné, "nous devons faire un effort supplémentaire pour être plus efficaces, mieux coordonnés et plus axés sur les résultats". Pour sa part, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger, Nasser Bourita, a affirmé dans une déclaration à la presse en marge de la signature de l'accord de siège que le Maroc se positionne "incontestablement" comme un pourvoyeur de stabilité régionale et une référence dans le domaine de la paix en Afrique. "Grâce à la Vision Royale, le Royaume se positionne incontestablement comme un pourvoyeur de stabilité régionale et une référence dans le domaine de la paix et de la stabilité au niveau du continent", a-t-il ajouté.

A propos de cette structure onusienne, le ministre a relevé que ce "centre de référence", l'unique établi en Afrique par l'ONU, s'assigne pour objectif la formation et la "diffusion" des pratiques en matière de lutte contre le terrorisme. Dans ce sens, il a indiqué que la signature de cet accord et l'ouverture prochaine de cette structure au Maroc renferment une signification importante.

Il s'agit, selon lui, d'une reconnaissance de l'approche globale et multidimensionnelle mise en place par le Royaume en matière de lutte antiterroriste, laquelle approche se démarque par une "dimension préventive menée avec professionnalisme par les forces de l'ordre marocaines", une approche qui concerne aussi bien le champ religieux que les domaines sociaux et économiques. "Cette approche est devenue connue et reconnue aux niveaux régional et international et l'ouverture de ce bureau par les Nations unies au Maroc consacre la reconnaissance de cette approche", s'est-il félicité.

La deuxième signification est relative à la politique africaine du Maroc, a-t-il poursuivi, notant que dans le cadre de cette approche triangulaire, le Royaume est un partenaire des organisations internationales mais également des pays africains pour développer des modèles de formation, de bonnes pratiques au niveau du continent, et ce afin de faire face au fléau du terrorisme.

Il s'agit d'une signification importante, a fait savoir Nasser Bourita, dans la mesure où cette signature vient à un moment où le Maroc et l'ONU constatent la recrudescence de la menace terroriste au niveau du continent africain comme en témoignent le nombre d'attentats terroristes (entre 650 et 700 en 2012 contre 4000 actuellement), le nombre de victimes qui a augmenté de plus de trois fois au cours des dernières années, outre la prolifération des groupes terroristes dans toutes les sous-régions du continent.

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.