Mali: Six mois après son enlèvement, Soumaïla Cissé retrouve sa liberté

Soumaïla Cissé et Sophie Pétronin

Le président de l'URD et chef de file de l'opposition malienne, Soumaïla Cissé a été libéré ce jeudi 8 octobre 2020. Il été en captivité depuis son enlèvement le 25 mars dernier dans le nord du Mali, alors qu'il était en campagne pour les élections législatives.

Il était en pleine campagne électorale, près de Niafunké, dans la région de Tombouctou, son fief. À quatre jours des législatives, Soumaïla Cissé et sa délégation, une dizaine de personnes, quittent Saraféré pour Koumaïra mais ils n'y arriveront jamais. Des hommes armés attaquent la délégation, tirent... le garde-du-corps de Soumaïla Cissé est tué.

Soumaïla Cissé et le reste de sa délégation sont séparés. Libérés, eux, graduellement - peut-être parce qu'ils avaient moins de valeur ou qu'ils étaient trop nombreux -, les compagnons de Soumaïla Cissé témoignent : d'autres otages civils maliens sont détenus dans le même camp, mais aucun contact n'est permis. Pas de maltraitance, de l'eau, de la nourriture, et un quotidien rythmé par les prières. L'attaque n'a pas été revendiquée mais des personnes libérées expliquent que leurs geôliers se réclamaient d'Al-Qaeda au Maghreb islamique.

Un autre témoin affirme quant à lui que Soumaïla Cissé serait régulièrement attaché à un arbre et qu'il éprouverait des difficultés pour marcher.

Sa libération, un enjeu politique

Les mois passent. La libération du chef de l'opposition malienne était une cause nationale, elle devient un enjeu politique. Des rassemblements ont lieu pour exiger sa libération. Les appels sont dirigés vers ses ravisseurs, ou même contre le Président aujourd'hui déchu Ibrahim Boubacar Keïta : des rumeurs mettant en cause la responsabilité de l'État malien se mettent même à circuler.

Pourtant, dès les premiers jours, le gouvernement a mis en place une cellule de crise, dirigée par l'ancien Premier ministre Ousmane Issoufi Maiga. Il y a aussi celle de l'URD, le parti de Soumaïla Cissé, et de multiples initiatives individuelles, comme celle de l'imam Mahmoud Dicko : des discussions avec les ravisseurs ou avec des intermédiaires, sont entamées.

Mi-juin, le Président IBK assure que Soumaïla Cissé est en vie, que ses ravisseurs sont identifiés, et que « s'il plaît à Dieu, il reviendra bientôt ». Fin août, le CICR (Comité international de la Croix rouge), transmet à sa famille des lettres de Soumaïla Cissé, écrites un mois plus tôt.

Depuis la prise du pouvoir par la junte militaire du CNSP, le 18 août, rien n'a filtré de l'avancée des négociations avec les ravisseurs. Rien, jusqu'au dénouement.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X