Comores: Une plateforme d'opposition mise en place face au président Assoumani

Comores - Le Chef de l'Etat SEM Azali Assoumani

Aux Comores, un nouveau « front commun des forces vives » est créé regroupant l'union de l'opposition et tous les mouvements de la société civile dans l'archipel comme dans la diaspora qui dénoncent un coup d'État constitutionnel de la part du président Azali Assoumani.

S'il n'avait pas changé la Constitution, son mandat se terminerait dans quelques mois pour laisser place à un président issu de l'île d'Anjouan en 2021. C'est d'ailleurs l'une des revendications de ce front commun qui a donné une conférence de presse jeudi dans la capitale pour évoquer sa stratégie d'éviction du président de la République.

Selon Sabikia Ahmed Mzé, présidente du mouvement de société civile des femmes, Azali Assoumani n'est que locataire au palais présidentiel et il peut en être expulsé pacifiquement :

« Ce combat aujourd'hui n'est plus celui de l'opposition. Elle n'existe plus. C'est désormais de la résistance, affirme-t-elle. L'opposition n'existe qu'en démocratie. Nous n'avons pas de prisonniers politiques puisqu'il n'y a plus de justice, nous avons des otages. Commençons par lui interdire l'accès à nos villes et villages, nos funérailles, nos mosquées des vendredis. Et pas seulement à lui, mais chaque membre de son parti. »

Demande de soutien français

Cette mise en quarantaine, Ahmed Barwane, SG de parti politique, la voudrait internationale. Il s'appuie notamment sur la dernière commission des affaires étrangères de cette semaine en France : « Lors de cette commission, le député Jean-Paul Lecoq a interpelé son ministre des affaires étrangères sur la question de la dictature qui prévaut actuellement aux Comores. Nous nous trouvons en phase de dictatures. Et donc la France se doit quand même d'être claire. Nous considérons qu'elle ne peut pas continuer à se voiler la face et continuer à soutenir des dictateurs tels qu'Azali. »

Du côté de la majorité, on dit ne pas comprendre ce genre d'interventions répétées en boucle de la part de perdants aux élections démocratiques.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.